Juillet - août 2022

Vers l'Ouest canadien et les Rocheuses
(11 528 km)

Jean-Paul dans son ProMaster
avec Juliette et sa famille en camping-car,
et Mathieu dans sa Grand Caravan aménagée



1. De MONTRÉAL à AUSTIN


63 536 Lundi 18 juillet 2022 : de MONTRÉAL à ARNPRIOR (Ontario) (258 km) (1 700 m à pied)

Départ d'Outremont vers 17:30, au retour de mon rendez-vous à l'Hôpital Royal Victoria où j'ai rencontré mon médecin. Je le verrai à nouveau à mon retour début septembre.

Rentré à la maison après le départ de Juliette à son chalet, je charge dans le ProMaster les deux gros sacs d'équipement que je convoierai jusqu'à Calgary, descends mes propres effet pas encore casés dans le camion (nourriture laissée dans le frigo, matériel informatique, linge de corps…), et complète le niveau du réservoir d'eau. Je fais enfin mes adieux à Monique qui s'inquiète un peu de rester seule, mais sera en contact quotidiens avec une voisine, sympathique jeune collègue de Juliette (Marie-Claude), avec Marie G. et recevra mes appels réguliers et quotidiens.

Enfin je mets la clef dans le contact… pour m'arrêter 500 m plus loin à la pharmacie quérir ma provision de médicaments pour le mois prochain. La chaleur, qui s'est modérée avec la pluie commencée vers midi, s'accentuera vers la fin de la journée.

Route du nord
Route du nord
Trafic modéré sur l'autoroute que je rejoins bientôt pour prendre la direction ouest vers Ottawa et rallier Thunder Bay en haut du Lac Supérieur. J'ai renoncé à la route du nord (Route 11) via Mont Laurier, Val d'Or, Rouyn-Noranda, Kirkland Lake, Cochrane, Hearst…

Ce trajet est à peine plus court mais beaucoup plus monotone que celui du sud.
La Route 17 passe par Ottawa, Pembroke, North Bay, Sudbury, puis elle longe le Lac Huron jusqu'à Sault-Ste-Marie, avant de passer Wawa puis Marathon au bord du Lac Supérieur. Une demi-heure de plus, mais près de la moitié à proximité des Lacs Huron et Supérieur, quand même plus riants et variés que l'interminable forêt d'épinettes constituant le nord québecois puis ontarien. Route du sud (Lac
                  Supérieur)
Route du sud (Lac Supérieur)

Crepuscule-apres-Ottawa
Crépuscule sur la route après Ottawa
La pluie sera continuelle jusqu'à Ottawa que je traverse vers 20:00. Le soleil apparait brièvement avant de disparaître pour la nuit, je poursuis jusqu'au crépuscule pour m'arrêter sur le grand parking d'un Canadian Tire dans la petite ville d'Arnprior, un peu avant Renfrew, dans la vallée de l'Outaouais. Souper, mise en route du carnet de bord, je me couche à 23:15 en prévoyant démarrer tôt demain matin.


63 794 Mardi 19 juillet 2022 : d'ARNPRIOR à BLIND RIVER (Ontario) (599 km) 710 m

Démarrage à 7:15 après une nuit assez calme; le trafic a repris sur la route voisine seulement vers 6:30. Je rejoins la Transcanadienne et poursuis mon chemin vers l'ouest. Il fait beau et encore frais ce matin (20-21°) aussi je profite des belles conditions pour rouler un peu, jusqu'à 9:00 où je m'arrête peu après Petawawa pour déjeuner et me doucher. Bivouac-a-Arnprior
Bivouac à Arnprior sur le stationnement du Canadian Tire

.Pause déjeuner au-bord-de-la-Matawa
Pause déjeuner au bord de la Matawa
Route très rurale, au long de laquelle alternent bosquets de feuillus et champs défrichés plus ou moins à l'abandon. Nature exubérante où jouent toutes les nuances de vert… Pas de trace de sécheresse ici, on semble loin des problème climatiques qui défraie la chronique avec les grands incendies dans l'Ouest et en Europe où bat la canicule (plus de 40° en Bretagne, du jamais vu).

Après cette petite pause je reprends ma longue route qui vagabonde à travers la Bouclier canadien : essentiellement forêts où les résineux se font progressivement plus nombreux, rocs affleurant dès que le couvert végétal est dégarni, et lacs innombrables, petits ou grands. De temps à autre ils sont en cours de comblement et laissent place alors à des tourbières envahies de fleurs sauvages. En passant North Bay, plein d'essence à 1,70 $/l : 20 ¢ de moins que dans les stations des grandes pétroliers le long de la route ! Pas étonnant, ce ravitailleur est situé dans la réserve amérindienne…

Il fait très chaud sur la route, le thermomètre indique à un moment 32°, je déjeunerai donc froid et assez vite sous l'ombre juste suffisante des arbres d'une arrêt pique-nique, toutes portes ouvertes. Je repars aussitôt après mon café, pour continuer à profiter de la clim du ProMaster, heureusement très efficace, presque trop : pour éviter une projection trop directe d'air froid sur mes sinus sensibles, je finis par diriger la ventilation sur le dégivrage du pare-brise, créant une diffusion plus large, moins agressive et tout aussi confortable.

Je finis par arriver à Sudbury où je veux visiter le fameux musée scientifique Science North, qui illustre les découvertes et les technologies à la source du développement du nord Ontario. Cette fois on ne m'arrête pas à la billetterie à cause du nombre contingenté de visiteurs (Covid…), mais l'hôtesse me prévient aimablement que les 3 étages ouverts au public demandent plus de 50 minutes pour les découvrir… Or il est déjà 16:10, et les portes ferment à 17:00 ! Comme je ne veux pas rater cette attraction cotée 2 étoiles au G.V. ni gâcher les 22,50 $ du droit d'entrée, je renonce, quitte à mieux planifier cette visite sur le chemin du retour fin août.

Je reprends donc la route avec pour objectif Sault-Ste-Marie où je compte bivouaquer ce soir. Après une cinquantaine de kilomètres dans les terres toujours aussi verdoyantes et touffues, je rattrape la rive nord du Lac Huron et roule assez bien, mais les distances vues sur la carte sont bien différentes de celles vécues sur la route… Belvedere-sur-Lac-Huron-North-Channel
Belvédère sur le Lac Huron à North Channel

Soleil couchant à Blind River
Soleil couchant à Blind River
La fatigue commençant à se faire sentir, je m'arrêterai dans la petite ville de Blind River  (près de 3500 habitants.) Après voir tourné dans les rues assez lâches entourant la Transcanadienne, je m'en éloigne au maximum et me rapproche de l'eau : je pose mon bivouac derrière la grosse école régionale sur une rue en quasi impasse, entre l'accès  à une rampe de mise à l'eau et le terrain de sport de l'école. Aucun autre bruit que les chants des oiseaux qui s'installent pour la nuit…

Vers 21:00 joli coucher de soleil sur la baie donnant sur le Lac Huron. Je soupe légèrement en aérant au max l'habitacle, étrennant la moustiquaire de la porte à glissière adaptée par Monique. Puis je rédige ces quelques notes et me couche vers 21:30 en lisant un peu. Il fait encore 23° et le ciel se couvre…

Bivouac-a-Blind-River
Denrières lueurs du crépuscule sur mon bivouac


64 393 Mercredi 20 juillet 2022 : de BLIND RIVER à AGAWA LOOKOUT (Ontario) (374 km)  2 000 m

Départ à 8:00 sous un ciel très gris. Quelques moustiques, qui ont réussi à s'introduire dans l'habitacle hier soir malgré la moustiquaire vite mise en place, traînent encore, je m'emploie à les exterminer, puis prends la route après avoir bloqué sous le plancher le tuyau d'évacuation de l'urinoir qui s'était décroché. Une vague odeur persistant à l'intérieur m'avait alerté… Un petit ménage sous la toilette et sous le tapis de caoutchouc fait disparaitre le dégât… et l'odeur !

Je roule une bonne heure avant de m'arrêter sur une aire de pique-nique pour déjeuner et me doucher. Il fait très lourd, et la chaleur pourtant pas trop élevée est pénible. Par la suite le ciel se couvrira de plus en plus.

Apercevant tout à coup l'enseigne du Fort St Joseph Historic National Park, je quitte la Transcanadienne pour zigoner sur une quarantaine de kilomètres à travers l'île homonyme et découvrir le Centre d'Interprétation de Parcs Canada. Il est remarquable, comme toutes les présentation de cet organisation fédérale de premier plan. Fort-St-Joseph : caserne et maquette
Fort St-Joseph : caserne (blockhaus) et maquette du fort dans son enceinte

Voyageurs-au-crepuscule-par-Ann-France Hopkins
Voyageurs au crépuscule, par Anne France Hopkins (1871)
Le petit film d'introduction et la galerie expose les résultats des fouilles archéologiques mises en situation politique et historique. Il souligne l'importance que revêtit ce fort lors de la Guerre de 1812 avec les USA, puisqu'il fut le site d'opération le plus nordique et la première victoire des Britanniques (prise du Fort Mackinac). La balade sur le terrain permet ensuite d'apprécier le superbe emplacement géographique (une pointe s'avançant au dessus du Lac Huron en développant une vue à 240°), au carrefour des routes de navigation empruntées par les Voyageurs des marchands de fourrure montréalais, après les Premières Nations vivant aux abords des Grands Lacs puis les explorateurs français.

Il ne reste pas grand chose des bâtiments vides incendié par les Américains en 1814, après que le fort ait été abandonné.Mais les archéologues ont fait leur œuvre, révélant les soubassements des bâtiments dispersés à l'intérieur de la palissade de bois disparue ( on en a retrouvé quelques débris calcinés) et ceux des habitations des trafiquants de fourrure et autres «colons» (forgerons entre autres) installés au bord de l'eau au pied de l'enceinte.

Fort-St-Joseph
Soubassement de la première cuisine/boulangerie;
en arrière, au centre du périmètre, le blockhaus


Maquette du Fort St-Jospeh
Maquette du Fort St-Joseph sur sa presqu’île
La guerre
sur la frontière


Avec la déclaration de la guerre en 1812, la garnison du fort St. Joseph risque de se retrouver coupée de sa principale base d’approvisionnement, au Québec. En juillet 1812, le capitaine Charles Roberts, à la tête d’une troupe composée de soldats, de marchands de fourrures et d’Autochtones, mène une attaque réussie contre le fort américain sur l’île Mackinac. Cette première victoire de la guerre déclenche une série de raids dévastateurs contre les postes frontaliers américains et contribue à la capture de Détroit par les Britanniques en août 1812. En 1814, une expédition américaine échoue dans sa tentative de reprendre l’île, mais réussit à incendier le fort St. Joseph. Quand la paix revient, en 1815, les Britanniques partent pour l’île Drummond où ils établissent un nouveau poste.


Fort
            St-Joseph : gravure
Fort St-Joseph : gravure de l'époque

Quelques unes des vignettes disposées un peu partout sur le site, éclairent sur le conditions de vie difficiles endurées par les habitants du fort britannique, poste avancé dans des territoires nouveaux à peine explorés :

Un territoire offrant peu de confort

Une longue journée froide s’achève. Vous souhaitez simplement vous détendre, manger une bouchée et rejoindre vos compagnons. Vous vous frayez un chemin dans la neige vers la cuisine de la boulangerie. En ouvrant la porte, une chaleur vous enveloppe. Certains de vos amis sont assis autour de la table et l’odeur du pain frais flotte dans l'air.

Le pain fraîchement cuit constituait l’un des rares réconforts offerts aux soldats. Leur ration quotidienne comprenait les éléments suivants :
•  1 livre (450 grammes) de pain ou de farine;
•  1 livre de bœuf ou de porc très salé vieilli pendant au moins un an;
•  3/7 de chopine (1/4 de litre) de pois séchés;
•  11/7 de chopine (0,85 litre) de riz ou d’avoine;
•   6/7 de onze (24 grammes) de lard, parfois rance.


Boulangerie

La construction de cette structure en bois s’est achevée à l’hiver 1798.
Ce sont les soldats qui l’ont bâtie; ils étaient supervisés par le Lieutenant Landmann.
Elle comprenait deux pièces, soit une pièce pour les soldats, et une cuisine/salle à manger privée pour le commandant.


Au feu !

Le 10 janvier 1802, à deux heures du matin, l’alerte « Au feu! Au feu! Au feu! » se fait entendre. Les civils et les soldats se ruent vers la boulangerie, qui est en flammes. Les forts vents poussent l'incendie vers la palissade qui prend feu, ce qui provoque des étincelles sur les bardeaux de cèdre des casernements. La poudrière de fortune se trouve tout près du brasier.
Les efforts frénétiques déployés par les résidents permettent d’épargner toutes les structures, à l’exception de la boulangerie et de son mobilier. La populaire boulangerie n’est plus que cendres.


Une construction améliorée

La première poudrière du fort, qui contenait de la poudre à canon et des munitions, était une installation de fortune construite à l’aide de rondins et de terre. Elle se trouvait à côté de la boulangerie, ce qui n’était pas l'emplacement le plus judicieux. En janvier 1802, la boulangerie a pris feu. Les soldats étaient si occupés à prévenir l'explosion de la poudrière qu'ils ont dû se résigner à laisser brûler leur bien-aimée boulangerie.

La nouvelle poudrière a été construite en 1804, dans ce coin-ci. Beaucoup plus d'efforts ont été déployés lors de son édification.

Nouvelle poudrière améliorée

- Murs de pierre mesurant un demi-mètre (2 pi) d'épaisseur.
- La salle avant contenait des munitions et des fournitures pour les canons, tandis que la salle arrière contenait des barils de poudre à canon.
- Les archéologues ont trouvé des feuilles de cuivre dans la salle renfermant la poudre de canon. Le cuivre est un métal qui ne produit pas d’étincelles, et ainsi, a probablement été utilisé dans la fabrication des charnières ainsi que pour recouvrir la porte.

Ne grimpez pas sur les ruines du fort pour nous aider à les préserver. Nous souhaitons que les ruines racontent l’histoire du fort aux générations futures.

Marié à Brown Bess

Les soldats étaient équipés d’un mousquet affectueusement appelé « Brown Bess ». L'expression anglaise « married to Brown Bess » (marié à Brown Bess) signifiait qu'on faisait partie de l’armée du Roi. Le mousquet mesurait 140 cm (presque cinq pieds) sans la baïonnette. Les soldats des Premières Nations ont demandé qu’on leur remette un mousquet plus pratique, plus léger et plus fiable dans des conditions de froid extrême. Les Britanniques ont donc créé à leur intention, le mousquet North West. Il était muni d’un canon court, était facile à charger, se transportait aisément dans un canot ou dans la forêt, et pouvait même être utilisé avec des mitaines. Des exemplaires de ces mousquets se trouvent dans le musée


La nouvelle poudrière
Fort St-Joseph : la nouvelle poudrière

Vous voulez être soldat ?

Le blockhaus servait de casernement aux soldats et au commandant. Il a été construit à l’aide de rondins de bois vert provenant d'arbres fraîchement coupés qui, en rétrécissant, créaient des interstices où le vent et les moustiques pouvaient pénétrer. L’un des officiers s’est plaint, car, en plus de la présence de neige sur son rideau de lit, le contenu de son encrier avait gelé.

Une journée dans la vie d’un soldat
• 3h 30 — Les soldats se réveillent au son d’un tambour. Ils doivent faire leur lit, balayer les casernements et se laver dans un pot commun.
• 4h15 - C'est l'heure du premier rassemblement pour l'inspection. Les nouvelles recrues ou les soldats pris en faute doivent s’y présenter en tenue de corvée et avoir avec eux leur équipement complet. Ils devront marcher pendant deux heures dans le cadre d’un exercice militaire.
• 5h - Les soldats qui ont des fonctions à remplir (gardes, cuisiniers, aides-infirmiers du mess, commis, ouvriers de la construction) commencent leur journée de travail.
 • 9h - Petit-déjeuner.
• 9h 45 - Les soldats qui ont des fonctions à remplir retournent au travail, tandis que les autres se préparent de nouveau au rassemblement.
 • 11h — Rassemblement : Les soldats auxquels n’a été attribuée aucune fonction prennent part à une inspection et à un exercice militaire d’une heure en tout.
 •12h — Les soldats auxquels n’a été attribuée aucune fonction terminent leur journée de travail. Toutefois, le mardi, le samedi et le dimanche, leur journée se termine deux heures plus tard à la suite d’une inspection des casernements, d’un rassemblement et d’un exercice militaire.
• 13h 30 - On inspecte une dernière fois les casernements avant de permettre aux soldats d’aller dîner.

Le blockhaus
•    La construction du bâtiment a commencé en mai 1797 et s’est achevée à l’hiver 1798-1799.
•    Il comprenait deux étages et faisait 29,8 m (98 pi) de long, 8,5 m (28 pi) de large et 6,4 m (21 pi) de haut.
•    Au rez-de-chaussée, on trouvait des armes et des fournitures pour les troupes ainsi que les commerces et le bureau du ministère britannique des Affaires indiennes.
•    Le deuxième étage contenait des dortoirs pouvant accueillir jusqu’à 60 soldats ainsi que de petites pièces pour les officiers
•    Aujourd'hui, il ne reste plus que les deux foyers.
Se débrouiller avec les moyens du bord

Malgré les petites dimensions du fort, les soldats et les officiers ne se fréquentaient pas. Chacun de ces deux groupes avait sa propre cuisine. Les repas y étaient préparés, puis transportés au blockhaus.

Composées de viande bouillie, de pois et de pain, les rations des militaires étaient peu variées. La nourriture des officiers était légèrement meilleure, mais elle n’avait rien d’exceptionnel. En été, les légumes frais des jardins venaient ajouter de la variété aux repas. Ils étaient encore plus savoureux lorsque des voisins Ojibwa (Chippewa) et Odawa (Ottawa) offraient des denrées comme du poisson, du gibier et du sirop d’érable.

L’entrepôt a été construit pour y ranger des matériaux de construction du Lieutenant Landmann et servait d’atelier lors de la construction du fort. Comme les navires ravitailleurs ne venaient que rarement dans l’année, et pas du tout en hiver, les ouvriers devaient utiliser les matériaux qu’ils avaient sous la main.


Le navire arrive !

Imaginez-vous un événement qui vous donnerait l’impression que tous vos congés et votre anniversaire sont réunis le même jour. C’est ainsi que les soldats se sentaient lorsqu'un navire arrivait. Il contenait de la nourriture vieille d’un mois seulement, de nouveaux vêtements ainsi que des colis et des lettres de la maison. C'était un jour de fête!


Cuisines militaires et entrepôt

• À droite se trouvent deux cuisines militaires construites entre 1804-1805.
• À gauche se trouve un entrepôt. Construit en 1799, ce bâtiment servait d'atelier temporaire. Il a ensuite abrité les logements d'officiers.


Voila enfin le ravitaillement !

Lorsque les gros navires remplis de provisions arrivaient par le lac Huron, ils s’ancraient au large. Des militaires prenaient ensuite place dans des embarcations à fond plat appelées « bateaux », ramaient jusqu'aux navires et ramenaient les articles sur le quai.

Par temps idéal, vous pourriez apercevoir les restes de l’appontement dans l’eau. Tentez de repérer le caisson de quai sous la surface à votre droite. Il se trouvait sous le quai militaire utilisé
pour ravitailler le fort.

Où sont les navires? Les soldats ont très froid!

«Ayant complètement perdu espoir de voir arriver la goélette Hunter ou tout autre navire [...] avec les vêtements destinés aux hommes du détachement, je compte recevoir aujourd’hui, par suite d’une commande faite au magasinier du Département des Indiens, un lot de couvertures épaisses, afin qu’on en fasse des manteaux [...] il ne reste rien des manteaux envoyés aux membres du détachement en 1807 [...]. »
Capitaine Charles Roberts
Le 20 novembre 1811

Le Capitaine Roberts savait que les troupes avaient désespérément besoin de nouveaux manteaux pour passer l’hiver, qui était de nouveau glacial. Il indiqua à John Askins, le magasinier, qu’il fallait fabriquer des manteaux à partir des couvertures en stock. John demanda donc à un groupe de dix femmes, composé de femmes autochtones et métisses ainsi que de sa femme Madelaine, de fabriquer 40 manteaux. Environ quinze jours plus tard, les soldats purent les enfiler avec fierté. C’est ainsi que le manteau Mackinaw a été créé.

Embarcations pour les voies navigables

Vous pouvez voir un canot de fret dans le musée ainsi que les vestiges d'un bateau dans le théâtre
Le retour du pain frais

Les soldats ont pu de nouveau sentir la chaleur et la douce odeur du pain chaud se dégageant d’une boulangerie. En effet deux ans après l'incendie de la boulangerie originale, on a décidé d’en construire une autre à cet endroit. Cette fois, le Capitaine Bruyères n’a pris aucun risque lors de la reconstruction du bâtiment : il se trouvait à l’extérieur de la palissade, à proximité de l’eau, et fait de pierre.

La boulangerie est la dernière structure à avoir été érigée par les militaires du fort. Les occupants du fort St. Joseph ont à un certain moment déménagé dans un fort plus récent sur l’île Drummond. Un petit détachement de soldats est pour sa part demeuré pour protéger le lieu. Ses membres habitaient dans la nouvelle boulangerie.


La nouvelle boulangerie
• Elle a été construite en 1804 pour remplacer l’ancienne boulangerie qui se trouvait dans le fort.
• Selon les spécifications de construction du Capitaine Bruyères, le four mesurait 3 m (10 pi) carrés et le bâtiment faisait 4,8 m (16 pi) de long, 4,25 m (14 pi) de large et 2,4 m (8 pi) de haut.


2eme-boulangerie
La nouvelle boulangerie entre la palissade et le bord de la rivière Ste-Marie

C'est l’aviron qui nous mène, qui nous mène !

Vous contemplez actuellement une voie de navigation très fréquentée par les voyageurs. À gauche, on pouvait voir les voyageurs arriver dans leur canot chargé de marchandises après avoir longuement pagayé depuis Québec. À droite, c’étaient les voyageurs revenant du fort William dans leur canot rempli de fourrures qu’on pouvait apercevoir.

Qui étaient ces hommes originaux et robustes? Bon nombre d’entre eux étaient des Métis, soit un nouveau peuple dont les enfants étaient nés de mariages entre Européens et Autochtones.

Pour quelles raisons les voyageurs et les compagnies de traite de fourrure ont-ils combattu les Américains aux côtés des Britanniques lors de la guerre de 1812 ? Les fourrures que les voyageurs transportaient en canot dans les passages étroits à Saul-Ste-Marie représentaient le profit annuel total des compagnies. De plus, ces dernières possédaient des entrepôts remplis d'armes, de fourrures et de marchandises au fort St. Joseph. Si les Américains mettaient la main sur les fourrures ou les entrepôts, ils contrôleraient l'accès au lac Supérieur et ruineraient  les compagnies.

Pendant la guerre de 1812, les connaissances que possédaient les voyageurs sur les voies navigables étaient extrêmement précieuses pour les Britanniques.

La vie d’un voyageur:
• Mars — Un marché est conclu avec une compagnie de traite de fourrure.
• Avril — Les voyageurs se présentent à Lachine, au Québec.
•  Mai — On charge les marchandises dans le canot, puis on pagaie vers l’ouest en passant par les Grands Lacs.
• Juin — Arrivée au fort St. Joseph : on charge les provisions et le courrier de la compagnie dans les canots, puis on se repose pendant quelques heures.
• Juillet — Arrivée au fort William, sur le lac Supérieur : on échange des marchandises, on charge les fourrures dans le canot, puis on entreprend le voyage de retour.
• Août — Arrivée au fort St. Joseph : on charge les provisions et le courrier de la compagnie dans les canots, puis on se repose pendant quelques heures.
 Septembre — Arrivée à Lachine.
• Octobre — On prépare les fourrures et le fret en vue de leur expédition en Angleterre.
Une grande communauté


En plus de faire office de poste militaire, le fort St. Joseph abritait une communauté florissante composée d’hommes militaires et de quelques membres de leur famille, d'employés du ministère britannique des Affaires indiennes, de commerçants de fourrure, de colons et de gens de métier. Le nombre d’habitants variait selon les saisons.

L'isolement étant difficile à supporter pour certains, les membres de la communauté s’aidaient mutuellement dans les périodes difficiles. Les habitants du fort St. Joseph vivaient également des moments heureux : ils se rencontraient pour prendre le thé, ils jouaient aux cartes lors des longues soirées d'hiver, ils célébraient l’arrivée des navires et ils travaillaient ensemble dans les jardins communautaires.

Les terres situés au-delà de la palissade du fort n'étaient pas inhabités. C’étaient le territoire de bon nombre de grandes Premières Nations et la demeure de voyageurs, de commerçants de fourrure, de colons de la première heure et de gens de métier.


Maisons des civils :
• Deux maisons privées appartenant possiblement à à des commerçants de fourrure.

• Ces deux petites structures en bois étaient chauffées au moyen d’un foyer.

Plusieurs autres maisons étaient éparpillées dans l’ensemble du secteur.



Une agréable et instructive promenade sur les allées dégagées dans l'herbe touffue et fleurie où je parcours sans vraie fatigue plus de 2 000 pas…

En revenant vers le stationnement je félicite le guide animateur en costume de Voyageur (large ceinture fléchée entre autres) de la qualité de la présentation, comme toujours avec Parcs Canada dont j'ai repris la carte annuelle. Pour 61 $ (tarif senior) j'aurai un accès gratuit à près de 200 sites (tant historiques que naturels) aménagés par l'agence gouvernementale à travers tout le Canada.
Fort-St-Josep : mon guide en Voyageur-metis
Fort St-Joseph : mon guide en Voyageur métis

L'exercice m'ayant ouvert l'appétit, je déjeune légèrement dans le ProMaster tandis que gronde l'orage. Il éclate au moment de reprendre la route sous une pluie battante qui me suivra pratiquement sur la centaine de km jusqu'à Saul-Ste-Marie. J'y repère une station-service où le litre d'essence se vend 1,64 $, soit 30 ¢ de moins qu'hier à Sudbury. Merci Gasbudy ! Pas étonnant, c'est - encore une fois - la plus grosse station dans la réserve amérindienne à l'entrée de la ville…

Sault-Ste-Marie-Old-Stone-House-Ermatinger
Sault-Ste-Marie : Old Stone House Ermatinger
Je décide ensuite de visiter une autre fois la Vieille Maison en Pierre d'Ermatinger, la plus ancienne maison en pierre au Canada à cette latitude (1814). Si la vénérable bâtisse du marchand de fourrures a été bien conservée et restaurée, en revanche les meubles et autres artéfacts me semblent manquer d'unité, l'éclairage fait défaut, et les notices toutes unilingues anglaises sont hétérogènes dans leur contenu comme dans leur présentation. Dommage, le monument présente un potentiel qui vaut mieux que ça…


Charles Ermatinger : du commerce de la fourrure à la finance

LA FOURRURE

Charles Ermatinger a rejoint la Compagnie du Nord-Ouest en suivant les traces de son père et de son oncle. Il se rend à Sandy Lake, au Minnesota, vers 1797-1798, où il commence à commercer avec le chef ojibway Katawabeda. Au printemps 1798, il épouse la fille du chef Katawabeda, Mananowe, à la manière du pays. Leur mariage contribuera au succès de Charles en créant une alliance avec les Ojibway. Mananowe (Charlotte) aidant Charles à traduire pour le commerce des fourrures. En 1800, Charles est devenu un commis pour la Compagnie du Nord-Ouest, et en 1808, il est devenu un commerçant indépendant qui s'est installé sur la rive nord de Sault- Ste-Marie avec sa famille. La construction de la Old Stone House a commencé en 1812. Après l'achèvement de sa maison en 1814 et la guerre de 1812, il se rendit à Montréal pour acheter des meubles pour sa maison, faire des affaires et reconstituer son stock de marchandises.

La plupart des animaux destinés au commerce étaient piégés par des Ojibways et immédiatement dépecés. La chair et la graisse étaient enlevées à l'aide de grattoirs et les peaux étaient tirées sur des civières avec le côté chair à l'extérieur. Une grande partie de ce travail était effectuée par les femmes. Lorsque les paquets de peaux de castor parvenaient au négociant, elles étaient soigneusement séchées et pressées en paquets compacts enveloppés dans une peau de cerf. Chaque paquet contenait environ 60 peaux, qui pesaient généralement entre 90 et 100 livres et valaient entre 300 et 600 dollars.

Les marchandises apportées par les Européens ont grandement influencé la vie des Premières nations. Les Amérindiens ont fait l'acquisition de mousquets, de hachettes en fer, de pots et d'alènes, autant d'articles qui ont contribué à améliorer la chasse et la vie quotidienne. De nouveaux tissus, des couvertures, du ruban, du fil, des perles et des aiguilles sont devenus plus facilement disponibles pour le commerce.

Les marchandises étaient expédiées de et vers Montréal et il fallait six semaines en canoë de voyageurs pour arriver à Sault-Ste-Marie. La plupart de ces marchandises provenaient d'Angleterre ou d'autres pays européens. Cela rendait certains articles plus coûteux.

La peau de castor est à l'origine du commerce des fourrures. Un chapeau en feutre de castor, fabriqué à partir du sous-poil de poils courts et barbelés, pouvait facilement être travaillé dans de nombreux styles différents. Ces chapeaux étaient précieux, et un homme pouvait en laisser un à son fils dans son testament. Le style des chapeaux de castor a perduré jusqu'au XIXe siècle, mais le piégeage excessif des castors et l'apparition du nouveau chapeau de soie, plus à la mode, ont entraîné le déclin du commerce de la fourrure.
LA BANQUE

La colonie britannique du Canada ne pouvait pas se permettre d'avoir des pièces de monnaie en circulation, et les immigrants écossais et anglais manquaient de facilités de change. En 1792, trois sociétés marchandes écossaises ont créé une banque privée à Montréal sous le nom de "Canada Banking Company", mais la banque n'a pas connu de succès. En 1808, des citoyens de Québec et de Montréal ont demandé à la législature du Bas-Canada d'être incorporés sous le nom de "Canada Bank", mais leur demande a été rejetée. Pendant la guerre de 1812, on a utilisé des bons de l'armée ayant cours légal, mais l'approche du rachat et la disparition subséquente de la circulation ont entraîné une plus grande confusion, des inconvénients et la demande d'un substitut satisfaisant. Le besoin d'une banque devient à nouveau urgent.

Charles Ermatinger, en l'absence de pièces en circulation, utilisa le système du troc. En mai 1817, il est devenu évident qu'une société bancaire privée par actions devait être formée pour contrôler et protéger l'abondance de la richesse amassée par les lucratifs commerçants de fourrures. Une lutte acharnée entre les principaux concurrents (la Compagnie du Nord-Ouest canadien et la Compagnie anglaise de la Baie d'Hudson) a rendu difficile la formation de la première direction de la banque, car elle était composée d'hommes qui devaient leur allégeance financière et personnelle à des factions opposées en guerre. La persévérance l'emporte et, le 3 novembre 1817, la Banque de Montréal ouvre officiellement ses portes. Charles Oakes Ermatinger et son frère Frederick étaient parmi les premiers actionnaires de la Banque. En tant que plus ancienne banque de l'Amérique du Nord britannique et l'une des plus importantes de l'Empire britannique, l'histoire de son essor et de sa croissance constitue un chapitre important de l'histoire financière du Canada.

Frederick Ermatinger, frère de Charles Ermatinger, était shérif de Montréal et administrateur de la nouvelle Banque de Montréal. Grâce à ses relations, Frederick a pu trouver un immeuble sur la rue St-Jacques pour que la banque l'utilise.

BMO
La Banque de Montréal sur la rue St-Jacques en 1817

Au rez-de-chaussée le bureau de M. Ermatinger, le parloir ou séjour, la salle à manger et  la cuisine d'hiver. Au sous-sol une cave. Une cuisine d'été a été rattachée à l'arrière de la maison en 1983. L'étage est plus composite puisque seule la chambre des Ermatinger est encore présentée dans l'état où elle se présentait à l'origine. Les autres pièces comprennent une pièce consacrée à la vie indigène et à l'agriculture, et la pièce du Dr Bigsby, contemporaines de la période Ermatinger. Le parloir victorien est dédié à M. et Mme Pim qui utilisèrent la maison comme hôtel de 1852 à 1859. La dernière salle est la salon de Monsieur, dédié au shérif Richard Carney qui vécut ici avec sa famille de 1859 à 1900. En 1860, avec l'arrivée du juge colonel John Prince, la maison servit aussi de Palais de Justice... Salle à manger de la Maison Ermatinger
Salle à manger de la Maison Ermatinger

Blockhouse de Clergue
Le Blockhouse de Francis Hector Clergue
Dans le jardin à côté, le Clergue Blockhouse a été déménagé de son site industriel d'origine en 1996. Il apparait plus homogène à l'intérieur, même s'il s'agit d'un pastiche dû à la fantaisie de son propriétaire, un entrepreneur américain tous azimuts de la fin du XIXe.

Francis Hector Clergue, dont la famille est d'origine française, arriva à Sault-Ste-Marie en 1894 et s'installa dans la poudrière du vieux poste de traite de fourrure de la Cie de la Baie d'Hudson. Il ajouta un 2ème étage en rondins et vécut dans cette maison jusqu'en 1908, lorsqu'il quitta Sault-Ste-Marie pour Montréal. après avoir beaucoup investi et développé une foule d'industries dans la ville, mais sans pour autant faire fortune.


Francis Hector Clergue, capitaine d'industrie de Sault Ste. Marie


À la fin des années 1880, les dirigeants municipaux de Sault Ste. Marie ont tenté de maîtriser les rapides de la rivière St. Marys. Mais leur rêve d'une nouvelle ère de l'électricité s'est évanoui - jusqu'à l'arrivée de Francis Hector Clergue.

En 1894, avec l'appui de financiers de l'Est, Clergue a acheté les droits exclusifs sur les installations hydroélectriques de Sault Ste. Marie. Il a ensuite créé un groupe d'entreprises qui dépendaient de l'énergie produite par les rapides et des ressources naturelles de la région.

>Il s'agit notamment d'une compagnie d'eau et d'électricité, d'une usine de pâtes et papiers, de mines de fer et de nickel, d'une usine de ferro-nickel, d'une aciérie, d'un chemin de fer, d'une compagnie de bateaux à vapeur, d'un tramway électrique, d'un service de traversier, d'une briqueterie, d'une usine de placage, d'un hôtel et d'une pension.

En 1902, les entreprises de Clergue employaient 7 000 personnes. Mais en 1903, son empire industriel s'effondre, victime d'une expansion excessive.

Clergue quitte le Sault, à la recherche de nouveaux mondes à conquérir. Les industries de la ville ont fini par se redresser, faisant de Sault Ste. Marie l'un des géants industriels de l'Ontario.


Le Blockhaus de Clergue : deux bâtiments en un


Le Blockhaus Clergue est l'un des bâtiments les plus importants de Sault Ste Marie. Construite en 1821, cette poudrière est le deuxième plus ancien bâtiment de Sault Ste Marie. L'étage supérieur, ajouté en 1894, reflète une partie importante du développement industriel de la ville.

Le rez-de-chaussée du Blockhaus Clergue faisait autrefois partie d'un poste de traite des fourrures construit par la Compagnie du Nord Ouest  près des rapides de la rivière Sainte-Marie. Dans les années qui ont suivi la fusion de la Compagnie avec la Compagnie de la Baie d'Hudson, les bâtiments du poste sont tombés en désuétude. Bientôt, il ne restait plus que les ruines de l'ancienne poudrière en grès.

En 1894, après avoir acheté la propriété de la Compagnie de la Baie d'Hudson, Francis Hector Clergue a restauré la poudrière et l'a agrandie pour créer un bureau et des quartiers d'habitation au milieu de son complexe industriel en plein développement. Un deuxième étage en rondins en porte-à-faux avec un toit en croupe a été ajouté. Selon Clergue, il souhaitait créer un bâtiment qui était du "style architectural propre à un blockhaus de l'époque des guerres indiennes".

Clergue a continué à utiliser le Blockhaus comme bureau jusqu'à son départ de Sault Ste. Marie. Il a continué à l'utiliser comme résidence jusqu'à ce qu'il soit gravement endommagé par un incendie en 1974.

Sault-Ste-Marie-Clergue-Blockhouse
Sault-Ste-Marie : étage de la Clergue Blockhouse

Le logement d'un célibataire

Pendant la majeure partie de son séjour à Sault Ste. Marie, Francis Hector Clergue, un célibataire endurci, a fait de ce blockhaus sa maison. Il l'utilisait aussi comme bureau et pour recevoir. Homme d'affaires sociable et populaire, il aimait organiser des soirées dans ses quartiers en forme de chalet.

Clergue remplit le Blockhaus de meubles, dont une commode en bouleau, des chaises à bascule, des rideaux en bambou, une peau d'ours, des oiseaux empaillés, des peintures à l'huile, une tête d'orignal et un pianola.

Bertrand Joseph Clergue, frère de Francis et diplômé de Boston Tech (aujourd'hui le Massachusetts Institute of Technology), a également vécu dans la Blockhouse pendant un certain temps.


Le crépuscule d'un industriel

Après l'effondrement de son empire industriel à Sault Ste. Marie, Francis Hector Clergue fait de Montréal sa nouvelle base d'opérations. Renouvelant sa carrière de promoteur et d'entrepreneur, Clergue a passé un an en Russie en 1909, se liant d'amitié avec de nombreux personnages importants, dont le grand duc Nicolas.

Travaillant avec la Canadian Car and Foundry Company de Montréal, Clergue retourne en Europe juste avant la Première Guerre mondiale. Là, il vend des brevets pour un dispositif de transmission universel pour les tourelles de canons lourds. Les contrats passés avec le gouvernement russe pour des millions d'obus à fragmentation et d'obus explosifs n'aboutissent pas lorsque la Russie impériale est renversée.

En 1920, Clergue est élu directeur de la Canada Car and Foundry Company. Il était également président de sa propre entreprise, la Universal Engineering Corporation. Francis Hector Clergue, industriel et entrepreneur novateur, est décédé à Montréal le 19 janvier 1939 à l'âge de 82 ans.



Au sortir des deux bâtiments je quitte Sault-Ste-Marie sans avoir trouvé dans cette visite l'intérêt qu'avait suscité les écluses à l'autre bout de la ville. La pluie qui avait cessé reprend de plus belle tandis que je parcours un long segment de la Transcanadienne (Rte 17) à l'intérieur des terres pour rejoindre la rive du Lac Supérieur. La journée tire à sa fin et j'envisage d'abord de me rendre jusqu'à Wawa pour y poser mon bivouac. Mais le route s'allonge devant moi, le temps bouché et de brusques averses rendent la conduite fatigante. Je renonce donc à parcourir la centaine de kilomètres qu'il me resterait à faire et finis par m'arrêter sur le belvédère au dessus des îles d'Agawa. La circulation est proche, mais j'escompte qu'elle  s'atténuera avec la nuit. Souper, chargement des photos, écriture du journal… je me couche vers 23:00.


64 767 Jeudi 21 juillet 2022 : d'AGAWA LOOKOUT à THUNDER BAY (Ontario) (598 km)  330 m

Bivouac-sur-le-belvdere-du-Lac-Superieur embrumé
Bivouac sur le belvédère du Lac Supérieur embrumé
Nuit très correcte puisque je ne me réveille que passé 6:30. Beaucoup de brume sur la route au démarrage vers 7:00, je m'arrêterai plus loin pour me doucher et déjeuner. Je profiterai de cet arrêt pour compléter le carnet de bord et surtout remettre de l'ordre dans mes photos organisées de façon loufoque par le logiciel Photos d'Apple. Je constate alors que si Photoshop Elements lit bien les nouveaux fichiers .heic générés par mon IPhone, il est incapable de les ré-enregistrer dans le même format après traitement…

Redémarrage à 10:30, après que le soleil soit réapparu en dissipant en partie le brouillard. Encore quelques 500 km jusqu'à Thunder Bay ! La chaussée est en général excellente mais le paysage commence me sembler monotone : on roule souvent à distance du lac, à l'intérieur des terres, dans un environnement continu de forêt mixte et de lacs. Un peu partout le roc affleure, le relief est assez mouvementé pour présenter côtes et descentes assez importantes où je passe au neutre, histoire de baisser au maximum la consommation de carburant qui se maintient autour de 11,3 l/100. J'espère me rendre ainsi jusqu'à Thunder Bay où j'ai repéré une station délivrant l'essence à 1,50 $/l, un prix que je n'ai vu depuis longtemps ! (dans la réserve amérindienne à l'ouest de la ville, bien sûr). La-route-17b-taillee-dans-le-roc
La Route 17b taillée dans le roc

Après les orage d'hier soir le ciel reste très nuageux avec des percées de soleil, la température se maintient autour de 19/20°. Voilà qui change agréablement des températures caniculaires des derniers jours. Pause déjeuner vers 12:30 à White River, une «grosse» agglomération de 1 000 habitants où restaurants et stations d'essence (1,99$/l) bordent continûment la highway. Je repars à 13:00, avec encore 430 km au programme pour l'après-midi...

Belvédère au-dessus de Little Pic River : Ashburton
            Bay
Belvédère peu avant Little Pic River, au-dessus de Ashburton Bay

Kama-Bay-belvedere-vers-l'ouest
Kama Bay : belvédère vers l'ouest
La conduite est agréable et facile, le ciel se dégage progressivement et j'ai la chance de contempler la vaste étendue du Lac Supérieur depuis 2 superbes belvédères, le premier peu avant le pont sur la Little Pic River, le second au dessus de Kama Bay, juste avant Kama Rock Cut, particulièrement impressionnant.

Je tâche de limiter au maximum la consommation de carburant en descendant les nombreuses côtes en roues libres et en retardant la rétrogradation de la boîte de vitesse (automatique). Pas facile… Je dois décrocher le cruise control à chaque petites montée (pour éviter de rétrograder  précocement en 5ème) et à chaque descente puisque, là aussi, la boite ne tarde pas à monter en régime. Décidément cet accessoire n'est bon qu'en terrain plat !

Kama-Rock-Cut
Kama Rock Cut

Pour le reste beaucoup de forêt qui limite souvent l'horizon car les détours vers l'intérieur sont fréquent au cours de ces presque 600 km. Je parcours les dernier 70 km avec appréhension, car les témoins de réservoir vide se sont allumé et la marge d'autonomie indiquée au tableau de bord flirte avec le nombre de km restant à parcourir affichés sur le GPS. J'atteindrai in extremis la station-service suggérée par Gasbudy dans la réserve de  Fort William First Nation, au sud de Thunder Bay. Le plein monte à 86,67 l dans un réservoir donné pour 90 l, il ne  restait donc que 3,23 l, en principe…

Je reviens ensuite vers le centre-ville en passant près des longues voies de garage où stationnent des files interminable de wagons à grain au pied des vieux silos. Thunder Bay est en effet le terminal où transitait les énormes moissons de céréales récoltées dans les Prairies (Manitoba, Saskatchewan et en partie Alberta) avant d'embarquer dans les vraquiers descendant les Grands Lacs vers le st-Laurent et l'Atlantique.

Thunder-Bay : silos et wagons à grain
Thunder Bay : silo et wagons à grain au sud de la ville

Thunder-Bay : silo-depuis-Marina-Park
Thunder Bay : autre complexe de silos au nord depuis Marina Park

J'irai m'installer une nouvelle fois au bord de l'eau avec vue sur la baie dans le Parc Marina. J'y passerai la soirée à contempler la lumière descendre sur les eaux bleues, avec l'ile du Géant Couché barrant l'horizon, un gros laquier rouge approchant lentement du port, les cris des oiseaux lacustres pour trame sonore.
Long appel à Monique qui passe des jours tranquilles à Outremont, et à Mathieu qui doit quitter Montréal demain pour me rejoindre, puisque sa copine qu'il devait aller prendre à Chicago ne l'accompagnera pas cette fois dans l'Ouest.
Thunder Bay : vue sur la baie depuis Marina Park
Thunder Bay : vue sur la baie depuis Marina Park

Je resterai sur le rivage jusqu'à minuit, lorsque qu'un garde de sécurité m'invite à trouver un autre stationnement, le parc étant fermé la nuit. Je me rabats sur le grand parking à l'ouest au dessus du port de plaisance où je m'endors aussitôt au calme.


65 365 Vendredi 22 juillet 2022 : de THUNDER BAY à KAKABEKA FALLS (Ontario) (37 km) (900 m)

Bonne nuit sur mon grand parking. Je n'ai pas entendu passer de trains, peut-être ne roulent-ils guère la nuit… Je passerai la matinée à profiter du beau temps : grand soleil, brise qui rafraichit l'air chauffé sur l'asphalte du grand parking… je relaxe ainsi des 1 830 km parcourus sans pause depuis mon départ.

J'en profiterai pour achever la mise au propre de mes photos pour lesquelles j'en suis encore à expérimenter : nouvelle caméra (mon IPhone 13Pro), nouveau format (.heic), nouveau logiciel (Photoshop Element) sur un nouvel OS (Monterey). Photoshop lit bien les .heic, mais ne les exporte pas. Je dois donc ouvrir et traiter mes fichiers dans Photoshop, les sauvegarder en .psp, puis les ouvrir dans Aperçu qui les exporte à nouveau en .heic. Une gymnastique dont je me passerais bien, mais incontournable tant que Photoshop (ou un autre traitement d'image) ne fonctionnera pas pleinement avec le nouveau format .heic que je veux adopter car beaucoup plus performant que le .jpg.

Je me rends ainsi jusqu'en début d'après-midi, lorsque la chaleur me décide à me diriger plutôt vers la campagne. J'y attendrai plus confortablement Mathieu que je vois filer  vers Ottawa sur la Transcanadienne, grâce à l'application Localiser sur mon téléphone. Et comme éventuellement nous pourrions visiter la parc historique de Fort William où avait lieu le grand Rendez-Vous annuel des trappeurs et des Voyageurs de la Compagnie du Nord-Ouest, je décide de m'y rendre pour un premier coup d’œil.

Je sors donc de Thunder Bay pour découvrir le vaste parc d'attraction qui entoure maintenant la reconstitution historique. Surpris (d'autant plus qu'il s'y déroule un bruyant concert pop avec son grand parking bondé, sa sono, ses boutiques à hot-dogs, etc.) je me rends compte que le site ne fait pas partie du réseau de Parcs Canada comme je le croyais, mais qu'il est géré par une entreprise privée. Ma carte annuelle achetée avant-hier n'y est donc pas reconnue et le droit d'entrée demandé de 22,50 $ me fait hésiter… De toute façon, le temps de discuter un moment avec des camping-caristes québécois déjà rencontrés hier soir, puis de déjeuner, il est déjà 16:00, donc trop tard pour entreprendre cette longue visite puisque le site ferme à 17:00. Je fais quand même un petit tour dans le pavillon d'accueil pour regarder le film d'introduction assez bien fait et visiter la boutique qui offre plusieurs livres historiques assez intéressants (mais uniquement en anglais…). Thunder Bay- : pavillon d,'ntrée de Fort-Wlliam
                  Historic Park
Thunder Bay : pavillon d'accueil du Fort William Historic Park


Thunder-Bay-plan-de-Fort-Wlliam-Historic-Park
Thunder Bay : plan du Fort William Historic Park

À 17:00, las de la chaleur humide et surtout du bruit généré par le show derrière moi, je décide de m'avancer jusqu'aux Kakabeka Falls, à une trentaine de km. J'y serai plus au frais et tranquille, et reverrai avec plaisir la haute chute (40 m) de la rivière Kaministiquia. Là encore les frais d'accès me semblent élevés pour une simple petite balade à pied. Je vais donc virer un peu après le village sur une route forestière où je m'installerai au frais pour la soirée et pour la nuit. La chaleur à l'ombre des arbres y est plus supportable, mais la pose rapide des moustiquaires ne suffit pas à empêcher l'entrée de quelques insectes voraces dans mon cocon. J'y passerai néanmoins une soirée tranquille à profiter de la fraîche qui finit par arriver avec la descente du soleil. Coucher tôt, fatigué, à 23:00. Mathieu s'est rendu jusqu'à North Bay où il dort en ville. Je doute qu'il réussisse à me rejoindre d'ici demain soir (1 126 km, 12h24 selon Google Maps…).


65 402 Samedi 23 juillet 2022 : de KAKABEKA FALLS à THUNDER BAY (Ontario) (62 km) (6 300 m)

Nuit des plus tranquilles, bien entendu, après les quelques coups de tapette à mouche nécessaires pour me débarrasser des maringouins. Après une nuit presque froide (17°) le soleil finit par dépasser des arbres vers 10:00. Je complète le carnet de route, suis sur mon téléphone la progression de Mathieu, prends ma douche puis me prépare à une petite balade vers la chute.

J'ai découvert une entrée par «la porte d'en arrière» qui m'évitera d'utiliser le parking (obligatoire et couteux). Laissant le ProMaster sur la Route 590 (gravelle) je traverse le camping étalé sur la pente et descend jusqu'aux promenades aménagées de chaque côté de la passerelle enjambant la chute.

Kakabeka-Falls-en-amont-de-la-chute
Kakabeka-Falls depuis la passerelle en amont de la chute
UNE LÉGENDE DE KAKABEKA FALLS

Ogama Eagle, le puissant chef des indiens Ojibwa de la région de Thunder Bay, avait un enfant, une fille nommée Greenmantle. La princesse était grande et gracieuse, avec des yeux sombres et des cheveux noirs de jais. Cette enfant des bois était très aimée de son peuple et réputée pour ses talents de danseuse.

Lorsque Greenmantle eut passé son dix-septième été, le territoire traditionnel des Ojibwa, situé sur la rive du lac Supérieur, fut envahi par des Sioux voisins. Les guerriers ennemis capturèrent Greenmantle et la gardèrent captive dans leur camp de Dog Mountain. Après un certain temps, les Sioux l'ont forcée à les guider sur la Kaministiquia afin de lancer une attaque surprise sur un camp d'Ojibwa sans méfiance.

Feignant de trahir son peuple, Greenmantle  conduisit les canots de guerre en aval de la rivière, vers les chutes Kakabeka. Avec habileté, elle a pagayé son canoë de tête à travers les eaux vives turbulentes, avec les Sioux à sa poursuite. Elle était déterminée à déjouer les plans de l'ennemi, même au prix de sa propre vie. Au moment où Greenmantle était sur le point de pénétrer dans les eaux tourbillonnantes au-dessus des chutes, elle  fit une embardée vers la rive ouest, sauta de son canot et nagea jusqu'au rivage. Cette manœuvre inattendue a tellement surpris la flottille des Sioux qu'ils ont été rapidement entraînés dans les rapides. Beaucoup ont été emportés par les chutes sur les rochers déchiquetés en contrebas.

Greenmantle triomphante a fui le long du sentier de portage pour alerter son peuple, et les Ojibwa ont pu repousser les Sioux restants. Une dernière bataille eut lieu sur les îles Welcome, près de Thunder Bay, où les Sioux furent vaincus de façon décisive.

Selon une autre version de la légende, Greenmantle aurait elle aussi péri dans les chutes lorsqu'elle elle a trompé les Sioux. Son esprit, dit-on, s'attarde dans la brume comme un arc-en-ciel, tandis que les voix des Sioux en colère crient continuellement depuis les eaux rugissantes en dessous.

De chaque côté de la chute on circule en toute sécurité sur des trottoirs de bois offrant des vues spectaculaires sur le canyon et sur la masse d'eau blanche qui se précipite de près de 40 m en rugissant. Le barrage en amont ne semble pas détourner beaucoup d'eau, comme trop souvent dans ce genre de site, aussi j'ai bien du plaisir à suivre le sentier sur les deux côtés
Kakabeka Falls : : le saut, là où la
                    Kaministiquia se précipite
Kakabeka Falls : le saut, là où se précipite la Kaministikwia

Kakabeka-Falls-la-Kaminitikwia-en-aval
Kakabeka Falls : la Kaministikwia en aval depuis la rive gauche

Kakabeka Falls depuis la rve gauche
Kakabeka Falls depuis la rive gauche

Kakabeka-Falls-depuis-la-rive-droite
Kakabeka Falls depuis la rive droite

Kakabeka-Falls rive droite
Kakabeka Falls rive droite

"Directement en face de l'endroit à partir duquel nous avons contemplé les chutes, il y a dans la roche une cavité qui, dans les légendes superstitieuses des Indiens, est considérée comme la résidence du mauvais esprit."

- W. H. Keating, 1825



Le "mauvais esprit" des Ojibwa pourrait être les anciens "secrets du temps". Les cicatrices des volcans et les formes de vie étranges des mers intérieures chaudes sont enfouies dans les couches horizontales de la roche.

La rivière a creusé une gorge à travers les couches rocheuses, dans le passé, exposant les esprits et les histoires d'il y a deux milliards d'années. Comme les pages d'un livre, les couches racontent des événements qui se sont produits bien avant que la rivière Kaministikwia ne commence à couler et que les chutes de Kakabeka ne voient le jour.

Kakabeka-Falls-caverne-de-l'Esprit-du-Mal
Kakabeka Falls : caverne de l'Esprit du Mal
Kakabeka Falls : la Route de la Kaministiquia
Puis j'emprunterai un bon bout de la piste de portage utilisé par les Amérindiens depuis des siècles, puis par l'explorateur français Jacques de Noyon dès 1688, avant les multiples expéditions anglaise qui se sont ensuite succédées. Cette «route» d'eau servit en fait jusqu'à l'avènement du chemin de fer transcontinental dans les années 1881 à 1885.

LE PORTAGE DE LA MONTAGNE


Ce portage autour des chutes Kakabeka était autrefois un maillon de l'itinéraire historique de canotage Kaministiquia reliant le lac Supérieur au lac des Bois et à l'Ouest. Enregistré pour la première fois en 1688 par l'explorateur français Jacques de Noyon, il a ensuite été abandonné au profit de la route plus courte du Grand Portage de la rivière Pigeon. Cette dernière est passée sous contrôle américain après le traité de 1783, et en 1798, l'ancienne route a été redécouverte par Roderick McKenzie. À partir de 1803, le portage de la Montagne a été utilisé par des commerçants de fourrures, des explorateurs, des soldats et des arpenteurs, dont Simon McGillivray, David Thompson, Sir George Simpson, Sir John Richardson, Simon J. Dawson et le colonel Garnet Wolseley.

Je ne me rendrai pas jusqu'au bout du sentier, la dénivellation très importante me faisant redouter le retour. J'aurai quand même parcouru 8700 pas sans trop de fatigue, beaucoup plus que tout ce que j'ai marché depuis plusieurs semaines…

Je tenterai ensuite de gagner un point de vue sur la chute depuis son pied en empruntant la petite route menant à la centrale d'Ontario Power, au bout du chemin reliant le parc des chutes au village. Mais le sentier qui longe la Kaministiquia est en très mauvais état et, de toute façon, n'offre pas de vue sur la chute cachée par un coude du canyon.

De 1800 à 1820, le Portage de la Montagne faisait partie du principal corridor de voyage du commerce de l'Ouest canadien et des Territoires du Nord-Ouest.
Des brigades de canoës de la Compagnie du Nord-Ouest, chargés de fourrures, descendaient la rivière en portage pour faire du commerce à Fort William. Les voyageurs remontaient ensuite rapidement la rivière avec des couvertures et des objets en fer pour approvisionner les postes de traite aussi loin à l'ouest que les Rocheuses.

"C'est ici [les chutes Kakabekka], pour la première fois, que nous avons eu l'occasion de voir ce que tous les voyageurs sur cette route avaient si justement admiré, cet esprit léger avec lequel les Voyageurs accomplissent leurs dures tâches. Pour porter leur charge [de deux pièces de quatre-vingt-dix livres chacune] ils utilisent une courroie de cuir d'environ trois pouces de largeur, qu'ils attachent autour de la charge, en laissant une boucle qui passe autour du front. Lorsque tout est prêt, ils partent en courant et reviennent jusqu'à ce qu'il n'y ait plus rien à porter, ne trainant jamais en route, mais ralentissant rarement leur rythme à celui d’une marche. »

Kakabeka Falls, Kaministiqua River par Lucius
                  Richard O'Bren 1881)
Kakabeka Falls, Kaministiqua River par Lucius Richard O'Brien, (c. 1881)

J'arrête là mon excursion et, voyant que Mathieu vient à peine d'atteindre Sault-Ste-Marie, décide de retourner l'attendre demain dans le Marina Park, finalement le coin le plus sympa de la ville - et sans moustiques !

Je reprends donc tranquillement le chemin de Thunder Bay, en faisant un petit détour pour aller voir le panorama sur la ville (recommandé par le G.V.) depuis le Mont McKay à 180 m d'altitude. Large vue, mais le ciel s'est couvert et les lointains disparaissent dans une brume bleutée… Et puis demander 10$ de péage pour monter jusqu'ici me semble exagéré ! Le Mont Royal à Montréal est plus spectaculaire et en plus, il est gratuit !

Panorama sur Thunder Bay depuis le Mount McKay
Panorama à 180° sur Thunder Bay depuis le Mount McKay

Je passe un bon moment au frais devant la paysage, fais une tentative de panoramique (pas évident avec l'IPhone tant qu'on ne connait pas la manœuvre...) puis déjeune copieusement avant de compléter le carnet de route et de transférer les dernières photos. Appel de Mathieu qui entame le tour du Lac Supérieur. Je lui recommande quelques belvédères à ne pas manquer, il compte arriver ici demain en fin de matinée. Je redescends l'attendre sur la stationnement de la marina où je passerai la nuit.


65 464 Dimanche 24 juillet 2022 : de THUNDER BAY à  IGNACE (Ontario) (276 km) (1 300 m)

Sur les derniers  relevés de localisation (confirmés par appel téléphonique) Mathieu a dégoté un superbe spot au bord de l'eau et au bout d'une impasse à Marathon. À 9:30 je le suis traversant le village, il devrait donc être ici pour déjeuner.

Thunder-Bay-bivouac-devant-Spirit-Garden
Thunder Bay : bivouac devant Spirit Garden
Petit déj., et douche sur mon grand parking presque vide devant le petit parc où j'ai passé une nuit paisible, les lourds passages de trains aux cents wagons s'interrompant entre minuit et 7:00.

Je repère et communique avec Mathieu qui quitte Marathon, puis vais faire une petite balade sur la pointe, ancien quai Prince Arthur Landing, Wilson Street Headland, où l'on a aménagé un fort joli Spirit Garden. Vue sur la Marina d'un côté, et sur le baie limité par le Sleeping Giant et le port industriel au sud.

Les plantes (sauvages, puisqu'on a voulu, dans ce coin industriel, restaurer l'environnement naturel) sont florissantes, j'en photographie plusieurs, histoire de tester les conditions d'utilisation de mon IPhone. Il fait malheureusement un temps variable, le lumière est à la merci des passages nuageux. De plus un petit vent frisquet me fait enfiler mon polar : pas de canicule ici !
Depuis Spirit Garden, vers le port au sud
Depuis Spirit Garden, vers le port au sud

La Marina de Thunder Bay depuis Spirit Garden
La Marina de Thunder Bay depuis Spirit Garden

La
          Marina depuis Spirit Garden
Bateaux de plaisance dans la Marina de Thunder Bay

fleurs-de-Spirit-Garden
Fleurs de Spirit Garden

Sleeping Geant depuis Spirit Garden
Sleeping Geant depuis Spirit Garden

Spirit-Garden-Physocarpe
Spirit Garden : physocarpes
Spirit-Garden : :épilobes
Spirit Garden : épilobes

De retour au ProMaster j'attends un peu Mathieu, mais le voyant rendu seulement à Nipigon, je me prépare ma salade du midi - carottes assaisonnées de tartinade mexicaine - un verre de vin rouge et un yogourt avec des bleuets congelés. Frugal, mais suffisant pour attendre le repas du soir. Je termine par un expresso et Mathieu finit par arriver, un peu las de cette course rapide depuis Montréal, et surtout semble-t-il, du manque d'exercice. Il relaxe un peu, se prépare à son tour un repas léger en profitant des deux feux de ma cuisinette, puis se repose tandis que je l'attends en regardant la suite de notre itinéraire. Il se dit peu intéressé par la visite de Fort William reconstitué, mais fera le tour des Kakabeka Falls.

À 16:00 nous décollons pour passer d'abord faire le plein d'essence dans la réserve indienne où le prix a encore baissé (1,45 $/l), presque celui d'avant la guerre russe en Ukraine. Puis nous rejoignons la Transcanadienne pour un trentaine de km jusqu'à la chute. Je suggère à Mathieu d'emprunter le sentier qui relie le parc au village, plus agréable et plus court que le long détour par la «porte d'en arrière» que j'avais moi-même utilisé.  Resté dans le ProMaster garé près de sa voiture à l'entrée du sentier, je profite du délai pour appeler Monique qui m'a laissé un message, puis écris un bout du carnet de bord et avance les photos de ma page web en construction. Deux heure plus tard il revient de son footing, il est fier de me dire qu'il a parcouru en 20 mn le sentier du Portage de la Montagne, donné pour 1H30 et devant lequel j'avais renoncé car trop pentu…

Nous reprenons  aussitôt la route pour rejoindre la Transcanadienne (Rte 17) sur laquelle nous filons vers l'ouest. Le soir descend tranquillement, je demande à ce que nous fassions étape à 9:00, au coucher du soleil. Or je n'ai pas corrigé l'heure en changeant de fuseau horaire, si bien qu'il est 9:45 à ma montre lorsque nous arrêtons enfin au bord d'une route de campagne s'embranchant sur la highway dans le village d'Ignace. Fatigué et affamé, je prépare quand même une soupe Maggi aux champignons, nous grignotons encore un peu et nous couchons peu après dans le grand calme, loin du bruit des gros camions passant sur la grande route.


65 740  Lundi 25 juillet 2022 : d'IGNACE à WINNIPEG (Manitoba) (455 km)  890 m

Je dors comme un loir sans prendre le temps de rédiger le carnet de route. Réveil vers 7:00, j'ai le temps de me doucher et de déjeuner avant que Mathieu me rejoigne pour prendre son café qu'il moud consciencieusement avant de le faire infuser. Bivouac à
                  Ignace avec Mathieu
Bivouac à Ignace avec Mathieu

Nous décollons enfin vers 8:45 pour une longue journée de roulage au total assez monotone, d'autant que les paysages se répètent : des millions d'épinettes, des lacs innombrables et, de place en place, le rocher du Bouclier canadien affleurant… Nous avons programmé nos GPS pour Falcon Lake, peu après notre entrée au Manitoba, où le site web iOverlander indique un point d'eau à la station de traitement d'eau locale. Effectivement nous le trouvons facilement et je transfère successivement 7 bidons de 10 l. pour compléter ma citerne. J'en profite pour remplir également la douzaine de bouteilles de 500 ml d'eau potable consommées depuis mon départ.

Arrivée
                  à Winnipeg en suivant la Grand Caravan de Mathieu
Arrivée à Winnipeg à la suite de la Grand Caravan de Mathieu

Ensuite nous déjeunons à l'ombre d'un gros arbre puis reprenons la direction de Winnipeg (140 km) où nous atterrissons directement à la station-service du Costco local. Un autre plein in extremis puisque je verse 88 litres dans le réservoir supposé en contenir 90 ! Dieu merci, les mesures et alertes de carburant du ProMaster sont précises et valides, ce qui m'aura une autre fois évité la panne sèche…

Ensuite petit tour dans le magasin pour vérifier qu'on y trouve bien les mêmes produits qu'à Montréal. Comme c'est la cas, nous pourrons nous réapprovisionner dans quelques jours à Calgary avec Juliette qui devra remplir la cambuse du RV qu'elle a loué. Nous ressortons avec quelques cossins, dont un sac de beaux poivrons que je cuisinerai ensuite en attendant Mathieu entré dans le Planet Fitness local faire son entrainement puis prendre douche et massage… Souper sur le parking à sa sortie vers 20:30.

Je consulte ensuite le GPS pour repérer dans ce quartier commercial un petit secteur résidentiel vers lequel nous nous dirigeons aussitôt. Le grand stationnement vide de l'école Bernie Wolfe sur Rougeau Ave. fera l'affaire. Nous nous y posons sans tarder, je commence à peine à rédiger le carnet de route en retard que j'abandonne, tombant de sommeil, et m'endors aussitôt dans la tiédeur moite d'un ciel orageux. Je n'entendrai même pas le tonnerre ni ne verrai les éclairs que Mathieu me mentionnera au lever. En revanche mon siège trempé par la pluie semble-t-il diluvienne aura laissé mon siège bien humide, les fenêtre avant étant restées entrouvertes...


66 195 Mardi 26 juillet 2022 : de WINNIPEG à AUSTIN (Manitoba) (170 km)  1600 m

Ciel clair, grand soleil et air frais au lever vers 7:30 après un bonne nuit réparatrice. Nous démarrons tranquillement, Mathieu va chercher dans une boutique spécialisée un câble de gros diamètre pour alimenter son frigo qui accuse un forte baisse de tension à chaque démarrage.

Puis nous gagnons le Musée du Manitoba au centre ville. Arrivé quelques minutes après l'ouverture indiquée à 10:00, nous nous faisons mettre en attente jusqu'à 11:00, nouvelle heure d'ouverture… (J'ai oublié de consulter le site pour confirmer l'horaire indiqué dans le Guide Vert). Mathieu profite du délai pour installer son nouveau câble tandis que je commence la rédaction du carnet de route en souffrance.
Winnipeg-devant-le-Manitoba-Museum
Winnipeg : en attendant l'ouverture du Manitoba Museum

Enfin à 11:15 nous laissons nos affaires en plan pour nous lancer dans les galeries du musée. L'institution, d'une grande richesse, touche autant à la géologie, à l'évolution animale (fossiles) qu'aux animaux et plantes qui peuplent maintenant le pays. Les hommes ne sont pas oubliés, tant pour ce qui touche les différents peuples amérindiens et métis que pour les immigrants et de leurs diverses activités (agriculture, mines, etc.). Présentation impeccable, colorée, très claire, beaucoup de dioramas qui replacent hommes et bêtes dans leur contexte.

Quelques «clous» dont une grande chasse aux bisons par des cavaliers amérindiens à l'entrée, et la réplique du Nonesuch, navire d'exploration commerciale de ce qui allait devenir la fameuse HBC (Hudson Bay Cie).

Manitoba-Museum-chasse-indienne-au-bison
Manitoba Museum : chasse amérindienne au bison; les cavaliers poussent le troupeau vers une chute-à-bisons
où les bêtes seront achevées et dépecées.


Chasse au bison

tete-de-bison

repartition-du-bison



La COMPAGNIE DE LA BAIE D'HUDSON

On a réalisé plusieurs représentations des armoiries de la CBH au cours des siècles, et la collection du musée comprend plusieurs objets qui illustrent ces variantes. La devise de la Compagnie, «Pro pelle cutem», reprend de façon fantaisiste une expression tirée du Livre de Job : «Peau pour peau». On traduisait familièrement cette expression par: «Pour les peaux que nous recueillons, nous risquons notre peau.» Une traduction plus littérale énoncerait que la Compagnie souhaitait se procurer la peau de l'animal (cutem) pour son duvet laineux (pro pelle).  armoiries-de-la-HBC
Les armoiries de la C.B.H. réalisation de P.E. Nobbs en 1945

Manitoba-Museum-a-bord-du-Nonesuch
Manitoba Museum : à bord du Nonesuch
Autre attraction majeure, le Nonesuch, navire d'exploration commerciale de ce qui allait devenir la fameuse HBC (Hudson Bay Cie). Reconstruit à l'occasion du 200ème anniversaire de cette compagnie, sa réplique traversa l'Atlantique, fit un grand tour du Canada (partie sur camion, partie sur lacs et rivières!) avant de trouver ici son port d'attache, bien protégé dans un bâtiment ad hoc. Le décor reproduit le quai du petit port de Gravesend, en Angleterre, d'où il mit la voile le 3 juin 1668. L'illustre société (une de plus anciennes encore en activité puisque fondée en 1670) a généreusement donné sa grande collection d'artefacts (surtout amérindiens et inuits) au musée du Manitoba qui a bâti toute une section à son seul usage.

tableau-arriere-du-Nonesuch
Manitoba Museum : tableau arrière du Nonesuch
Manitoba-Museum-a-bord-du-Nonesuch
Manitoba Museum : bordé tribord du Nonesuch

a-bord-du-Nonesuc
Manitoba Museum : pont avant du Nonesuch

cabine-du-Nonesuch
Cabine du Nonesuch : table et couchette du capitaine

maquette-du-Nonesuch
Maquette du Nonesuch

bateau-d'York
Le bateau d’York, nommé en l’honneur de la York Factory de la Compagnie sur la Baie d'Hudson, fut le principal bateau continental utilisé par la Compagnie de la Baie d’Hudson à l’époque de la traite des fourrures. Plus gros et plus solide que le canot du nord, le bateau d’York était le moyen de transport préféré pour les grandes quantités de biens à travers les cours d’eau rocheux ou glacés.

La-route-des-pionniers--par-John-Innes
La route des pionniers, par John Innes : le canot du Nord armé par des Voyageurs naviguait sur lacs et rivières. De structure légère, il pouvait éviter les rapides et les chutes d'eau par des portages connus de tous temps par les Amérindiens. Ces «routes d'eau» traversaient un continent qui ne connaissait pas les routes terrestres.

LA COLLECTION RASSEMBLÉE PAR LES COMMIS DE LA H.B.C.

Amautik-vetement-de-femme-en-peau-de-caribou-perlee--confectionne-en-vue-de-troc-inuit-caribou-ca-1920-.
Amautik : vêtement de femme en peau de caribou perlée
confectionné en vue de troc, Inuit Caribou, ca. 1920

Chasseeur-forant-des-trous-dans-les-patins-d'un-traineau-par-Eli-Weettaluktuk,-Inukjuak-1953.jpg
Chasseur forant des trous dans les patins d'un traineau par Eli Weettaluktuk,
Inukjuak 1953


Homme-sculptant-au-ciseau-un-pot-en-pierre-traditionnel-Lukasie-Tunu,-Saviakjuk,-1958.jpg
Homme sculptant au ciseau un pot en pierre traditionnel
par Lukasie Tunu, Saviakjuk, 1958
Femme-jouant-d'un-instrument-de-musique-(inconnu)-1958
Femme jouant d'un instrument de musique (sculpteur inconnu), 1958

Amautik
Amautik perlé et brodé (Inuit du Caribou)
Tikinaagan-(1930)-et-medaillon-(1970)-par-Tinah-Beardy
Tikinaagan (1930) et médaillon (1970), par Tinah Beardy
Jackson Beardy est le dernier des enfants de John et de Dinah Beardy à avoir été élevé à l'aide de ce tikinaagan, ou planche porte-bébé. En plus de le garder à l'aise et en sécurité, sa mère l'avait bercé gentiment pour l'aider à s'endormir. Comme le nom anglais l'indique, le porte-bébé est doublé d’un type particulier de sphaigne, ahki(in) ou Sphagnum capillifolium, un produit absorbant qui possède des propriétés antibactériennes.

sangle-abdominale
La sangle abdominale était bien adaptée à la vie en mouvement, car elle constituait un moyen léger et polyvalent de transporter des effets personnels. La sangle était principalement utilisée par les femmes qui, pour porter de lourdes charges, portaient la large sangle sur la poitrine ou le front. Pour le transport des enfants, la partie large était inversée pour soutenir l'enfant par derrière.

sac-a-pipes
Grâce à l'accès à de nouveaux matériaux commerciaux colorés comme le tissu, les rubans de soie, le fil et les perles, les femmes autochtones ont réduit une grande partie du travail nécessaire à la préparation des matériaux traditionnels comme les piquants ou les poils de caribou. Sous l'influence des commerçants et des missionnaires, de nouveaux modèles et de nouvelles techniques de fabrication et de décoration ont été mis au point, comme l'illustre le sac à fumer "pieuvre" à huit languettes.

pochette-a-pipe-crie-offerte-a-Simpson-vers







                          1864
Pochette à pipes crie offerte à Simpson vers 1864
porte-bebe
Tkinaagan (planche porte-bébé)

Les femmes autochtones ont eu l'occasion de renouveler leur expression artistique au contact d'étoffes, de matériaux de couture, de motifs décoratifs et d'objets européens.

Mocassin en épines de porc-épic
Des motifs traditionnels dakota, faits de piquants de
porc-épic teints et de billes de verres, ornent cet mocassin.
Mocassin perlé
L'artisane de cet mocassin pour enfant, inspirés de la
tradition des plaines, n'a employé poursa décoration que des billes de verres provenant du troc



ceinture-brodee-en-soie-sur-peau-de-caribou
Recueillie dans la région du fleuve Mackenzie, cette ceinture gwich'in
brodée de fil de soie, dans le style européen, est en peau de caribou.

bolero-perle
Boléro perlé
Mante-de-femme-decoree-de-coquilles-de-dentalium-fin-XIXe
Mante de femme décorée de coquilles de dentalium (fin XIXe)

Une partie du musée montre la flore et surtout la faune peuplant le Manitoba. Les poses des animaux finement taxidermisés sont naturelles, leur environnement fidèlement recréé au moyen de décors et de toile de fond qui donnent une bonne illusion de profondeur et de relief. Je prends nombre de photos des superbes présentations (animaux, dioramas) mais aussi des textes trop long à lire avec attention et que je reprendrai plus tard. Seul regret : l'éclairage me semble trop jaune, les couleurs trop «chaudes» comme si les sources lumineuses (invisibles) étaient encore incandescentes... Un beau travail de correction en perspective !

ours-blanc-et-phoque
Ours blanc et phoque sur la banquis
e
Harfang-des-neiges
Harfang des neiges
Wapiti
Wapiti
Wapiti
Wapiti (cerf rouge)

Birdtail Creek, dans l’ouest du Manitoba, septembre 1750
Le mâle se dresse au bramement de son rival. À la saison du rut, il pose, se bat, se roule dans la boue et se frotte les bois contre des arbustes pour rassembler un harem. Deuxième en taille chez les cervidés, pesant entre 250 et 500 kg (550-1100 Ib), le wapiti (Cervus elaphus) a déjà été abondant dans le sud du Manitoba. Après l’arrivée des Européens, chasseurs excessifs et agriculteurs, les populations de wapitis ont été décimées. En 2007, ils sont environ 7 000 dans la province, principalement dans des zones protégées.
Caribous
Caribous en migration, animux mythiques du Grand Nord canadien
Tête de caribou
Tête de caribou
 
territoire-des-Caribous

Le caribou de la Terre de Barren (tundra) en migration

Le caribou de la toundra est célèbre pour ses migrations spectaculaires entre les aires de mise bas de la toundra arctique et les aires d'hivernage dans les forêts ouvertes subarctiques. Les caribous qui hivernent dans le nord du Manitoba, dans l'extrême nord-est de la Saskatchewan et dans les Territoires du Nord-Ouest adjacents, ont été baptisés le troupeau de Kaminuriak, d'après le nom de Kaminuriak, dans le district de Keewatin, leur aire de mise bas habituelle.  Ce diorama représente fidèlement une scène le long de la rivière Carcajou, à l'endroit où elle draine le lac Nejanilini dans le centre-nord du Manitoba. Les caribous sont représentés lors de leur migration annuelle d'automne vers le sud.

Les troupeaux commencent à dériver tranquillement vers le sud en direction de la limite des arbres à la fin de l'été, et s'attardent dans trois zones principales en bordure de la toundra ou dans la transition forêt-toundra jusqu'à ce que le rut d'octobre ou la saison des amours soit bien entamé. À la fin du mois d'octobre ou début novembre, les troupeaux se déplacent directement et rapidement vers les forêts subarctiques où ils passeront l'hiver. Les déplacements ultérieurs dépendant des conditions de neige et de la disponibilité de la nourriture. Certaines années, des groupes peuvent hiverner dans la toundra, surtout le long de la côte, tandis que dans les années exceptionnelles des années 40 et 50, la migration s'étendait jusqu'au sud du lac Cross.

Au cours du mois de mai, le mouvement reprend vers le nord, les petites bandes se concentrant en troupeaux de milliers d'animaux. Les femelles gestantes mènent le mouvement, parcourant en moyenne 13 miles par jour, mais augmentant jusqu'à 32 miles par jour lorsqu'elles approchent de l'aire de mise bas.

Bien qu'il y ait une certaine variation dans le schéma des mouvements entre les aires d'hiver et d'été, les caravanes de la toundra ne sont pas les mêmes. L’été, les caribous de la toundra ont tendance à suivre les itinéraires traditionnels. Les pistes de caribous sont souvent associées aux eskers, car ces crêtes sont bien drainées et relativement exemptes de végétation arborescente dense. Les eskers sont de longues collines sinueuses de rochers, de gravier et de sable déposés par des ruisseaux d'eau de fonte s'écoulant sous un glacier.

Les plantes qui poussent sur un esker sont soumises à la sécheresse et au vent, et ont donc tendance à se coucher à plat sur le sol ou à s'abriter derrière des rochers. Parmi les espèces les plus rustiques qui fréquentent cet habitat sévère, on trouve la camarine noire, la canneberge, la fétuque, les saxifrages, les lichens et les mousses.

Le nombre de caribous de la toundra a diminué de façon alarmante au cours de l'histoire, principalement en raison de la destruction de l'aire d'hivernage par le feu et de la chasse excessive pratiquée par l'homme. Cet animal a été placé sur la liste des espèces en danger lorsque la population totale au Canada s'est effondrée, passant d'une population estimée à trois millions d'individus à moins de 650 000. Les programmes de conservation et de contrôle des prédateurs ont permis de stopper le déclin et le nombre de caribous s'est stabilisé au cours des 15 dernières années. La population de Kaminuriak s'est rétablie, passant de 40 000 caribous en 1959 à environ 63 000  à l'heure actuelle, ce qui ne représente toujours que la moitié de la population de 1950.

Le passage de dizaines de milliers de caribous de la toundra le long d'un esker, avec avec des reniflements, des bois en l'air et des claquements de pieds, doit certainement être les spectacles les plus impressionnants de la nature. L'espèce a apparemment été sauvée de de l'interférence de l'homme et d'une répétition de la tragédie du bison. Avec une gestion habile,  le caribou de la toundra pourrait un jour devenir une importante ressource nordique, poursuivant le rôle dominant de ces animaux majestueux dans l'écosystème arctique-subarctique.

Orignaux


Orignaux

Orignaux
Orignaux

Orignal 
Orignal

Cerfs--de-Virginie
Cerfs de Virginie

Louve-et-louveteaux
Louve surveillant ses  louveteaux à l'entrée de sa tanière


cycle--des-Lynx-et-lievre

Lynx et lievre d'Amérique


L'un des mystères les plus intrigants de la vie sauvage est l'augmentation et le déclin périodique des populations de lièvre d'Amérique et du lynx. Sur une période de 10 ans, le nombre relatif de lièvres peut passer de 3 400 à 1, suivi en un an environ par une chute des populations de lynx de 100 à 1. Les fluctuations du lynx semblent dépendre de celles du lièvre  (la principale source de nourriture du chat), mais la cause du cycle du lièvre d'Amérique est inconnue.

Pendant une longue phase d'accumulation d'environ huit ans, les lièvres prolifiques deviennent surpeuplés. Au fur et à mesure que les centres d'abondance s'étendent et que les lièvres émigrent vers des zones moins peuplées, le boom démographique devient apparent sur d'énormes régions de la forêt boréale. Les conflits croissants, en particulier pendant la saison de reproduction, entraîne une détérioration des fonctions corporelles et une baisse du taux de survie des jeunes et des adultes. D'autres facteurs, tels que le climat, la pénurie de nourriture, les prédateurs, et surtout les maladies, contribuent au déclin rapide des effectifs. l'effondrement se produit même en l'absence de ces facteurs. Le taux de mortalité dépasse le taux de natalité et plusieurs années après le pic, l'espèce semble avoir disparu de la forêt. Les quelques survivants et leur progéniture semblent également être plus sensibles au stress et à la maladie,  et par conséquent, la population reste à un faible niveau pendant plusieurs années.

Une abondance de lièvres stimule une augmentation du nombre de lynx en augmentant le nombre de portées et en améliorant la survie des chatons et des lynx adultes. Suite à l'effondrement des lièvres, le nombre de lynx est supérieur à ce que l'écosystème de la forêt boréale peut peut supporter, et la famine décime la population qui ne représente plus qu'une fraction de ses anciens effectifs.

Des fluctuations périodiques frappantes dans le nombre de lièvres d'Amérique et de lynx se produisent probablement depuis des milliers, voire des millions d'années. Est-ce que le cycle de 10 ans est-il imposé par l'écosystème boréal relativement simple dont ces espèces font partie ? Ou existe-t-il une valeur adaptative inhérente aux populations de lièvres ou de lynx dans la production d'un grand nombre d'individus, et dans la et la survie des plus aptes qui en découle ?

Mathieu me signale avoir terminé son parcours vers 14:00, j'irai quant à moi jusqu'à 16:00, et encore en survolant rapidement les dernières salles consacrées à la Région des Prairies (après le Grand Nord, la Forêt Boréale, et autres zones géographiques).

Après d'autres présentations plus ethnographiques concernant les Amérindiens ou les Pionniers immigrants (Ukrainiens particulièrement nombreux dans cette province), les sections présentant les  rencontres, traités, et autres démêlés des autochtones (Métis y compris) avec les Britanniques puis les Canadiens du gouvernement fédéral m'impressionnent particulièrement, d'autant qu'ils se poursuivent actuellement avec l'affaire des Pensionnats de «déculturation» où les enfants subirent en plus bien des sévices.

Dioramas grandeur nature :

pictogrammes
Peinture de pictogrammes propitiatoires sur paroi rocheuse,
comme à Agawa Rock

chasse-au-collet
Femme récoltant le produit de sa chasse au collet


Camp algonquin en début d'été (diorama miniature) :

camp-algonquin-en-debut-d'ete
Camp algonquin en début d'été au nord d'un lac

poterie-jonc-ecorce-de-bouleau
Camp d'été algonquin : poterie, préparation de jonc et d'écorce de bouleau

fabrication-de-canoe
Camp d'été algonquin : chantier naval

construction-de-canoe-en-ecorce-de-bouleau
Camp d'été algonquin : construction d'un canoë en écorce de bouleau
Lunes anishinabées

En plus du calendrier d'aujourd'hui, les Anishinabés tiennent un calendrier lunaire dont les 13 lunes sont nommées selon les Changements observés sur les lieux. Les gens prévoyaient leurs déplacements en fonction des lunes. Le diorama présente quatre de ces lunes.

Suivez les déplacements d'une famille anishinabée qui va d'un lieu à l’autre entre les mois de janvier et de juin. Selon l'histoire orale de membres des Premières nations, la mobilité est essentielle. Les déménagements permettent à la terre de se reposer, de se renouveler et encourage les gens à récolter les ressources dans  les endroits où elles abondent. Au milieu de l'hiver, pour se protéger contre les vents froids, de petits groupes familiaux s’établissaient dans des zones abritées, comme le mont Duck. En début de printemps, les gens s'installaient près d'importants bocages d'érables pour en retirer la sève. Enfin. la saison du frai attirait de grands campements aux environs de l'embouchure des rivières ou des ruisseaux majeurs.


Lunes anishinabées : icamp de pêche
Lunes anishinabées : camp de pêche

construction-de-huttes
Lunes anishinabées : construction de huttes

Lunes anishinabées : traitement du
                            poisson
Lunes anishinabées : traitement du poisson

Lunes anishinabées : histoires de
                            peche
Lunes anishinabées : histoires de pêche...


recolte-du-sucre-d'erable
Lune d'érable anishanabée : récolte du sucre d'érable

recolte-du-sucre-d'erable
Lune d'érable anishanabée : récolte de l'eau d'érable

-recolte-de-l'eau-d'erable
Lune d'érable anishanabée : préparation des récipients en écorce

concentration-de-l'eau-d'erable
Lune d'érable anishanabée : cuisson pour concentration de l'eau d'érable et cristallisation du sucre


démenagement de fin d'hiver
Lune d'hiver anishanabée
: déménagement de fin d'hiver

tipis-dans-la-neige
Lune d'hiver anishanabée : tipis dans la neige
anishinabe-puisant-de-l'eau-a-travers-la-glace
Lune d'hiver anishanabée : corvée d'eau à travers la glace

chasse-au-bison
Lune d'hiver anishanabée : chasse au bison


EXPLOITATION DE SEIGLE UKRAINIENNE,
MUNICIPALITÉ DE STUARTBURN, ANNÉES 1920

Les premiers ukrainiens du Manitoba arrivèrent à Stuartburn en 1896. À l'époque, seules des terres mal drainées et rocheuses étaient inoccupées dans les environs, dans l'Entre-les-Lacs et au nord du mont Ridina. Néanmoins, pour ces gens appauvris et exploités dans leur pays d'origine, rien ne valait mieux que d’avoir « du bois, de l'eau et des terres gratuites ». Grâce au dur labeur de tous les membres, ces familles purent survivre. Avec le temps, ces exploitations de subsistance devinrent d'abord des fermes mixtes de modeste envergure qui donnèrent ensuite naissance à Une communauté ukrainienne prospère. Les difficultés financières des années 1920 et 1930 ne manquèrent toutefois pas d’avoir des conséquences et certaines familles perdirent leur terre. D'autres tinrent le coup, mais, avec le temps, les jeunes abandonnèrent la région.

moisson-dans-une--ferme-ukrainienne
Moisson dans une ferme ukrainienne

le-faucheur-.
Le faucheur de seigle


fillette-ramassant-des-champignons
La fillette ramasseuse de  champignons

ART AUTOCHTONE CONTEMPORAIN

L'administration du Musée du Manitoba a eu l'excellente idée de confier la décorations de plusieurs murales à des artiste autochtones contemporains. Résultat superlatif !

Jackson-Beardy
Jackson Beardy
Le monde en priere parJackson Beardy
                            1983
Le monde en prière, par Jackson Beardy - 1983

Le monde en prière témoigne des différentes idées qui ont influencé I’œuvre artistique de Jackson Beardy. Né dans la Première Nation de Garden Hill le 24 juillet 1944, Beardy a été élevé par sa grand-mère oji-crie.

Beardy a toujours voulu être artiste. Bien que le pensionnat indien l'ait profondément marqué, il a terminé sa 12e année et a étudié l'art à l'université. Il s’est trouvé des mentors en la personne de George Swinton, directeur de la Galerie d'art de Winnipeg, et chez ses collègues artistes militants Daphne Odiig, Norval Mornisseau et Alex Janvier

Le monde en prière démontre des aspects de toutes ces influences. En regardant de plus près, on y distingue des perspectives féministes et écologiques, y compris l'idée de la terre comme écosystème global, ainsi qu'une déclaration de la pertinence des connaissances et de la spiritualité autochtones.

Le monde en prière, tableau créé en 1983, est une des dernières grandes œuvres de la vie de Beardy. Il est décédé un an plus tard à l’âge de 44 ans


Jackson Beardy était un artiste autochtone à une époque où l'expression artistique et le militantisme politique étaient étroitement liés. Son art est ancré dans le langage pictural des Oji-Cris qui dessinaient sur des rouleaux d'écorce de bouleau pour enseigner des chansons, faire des cartes et transmettre les détails de la pratique cérémoniale. Beardy a réalisé quelques-unes de ses premières œuvres sur l'écorce de bouleau; tout au long de sa carrière, ses œuvres ont présenté les héros de ces récits, les aadizookaanag.

Il a été fortement influencé par son expérience d'organisation du Pavillon des Indiens du Canada à l'Expo 67. C'était la première fois qu'on laissait le champ libre aux conservateurs autochtones pour créer un espace qui démontrait la puissance et la beauté de leur art tout en déplorant le traitement des peuples autochtones du Canada.

Beardy a également vécu la déception de se voir refuser l'accès à un gala au Centre national des Arts à Ottawa où on célébrait son art. Du seuil de la porte, il pouvait voir le premier ministre Pierre Eliott Trudeau et ses invités. Il voyait aussi ses propres peintures accrochées aux murs, mais un agent de sécurité l'a renvoyé chez lui.
portrait-de-Jackson-Beardy

La création du monde, par Daphne
                              Odjig
La création du monde, par Daphne Odjig
La création du monde par Daphne Odjig - 1972

Daphne Odjig a été embauchée pour peindre cette murale pour le centenaire du Manitoba en 1970. À une époque où les artistes autochtones cherchaient à se faire accepter, Odjig a profité de l'occasion offerte par le Musée pour créer l’un de ses chefs d'œuvre. Cette peinture fait revivre l'histoire du héros anishinaabe Nenabozhoo dans la création du monde connu.
L’école Woodland

L’art de Jackson Beardy s'inspire de ses origines dans la forêt boréale. Avec les artistes Daphne Odjig et Norval Morrisseau, dont les peintures sont également exposées ailleurs dans le Musée, il a aidé à créé la Professional Native Indian-Artists Inc. (PNIA). Ces artistes autochtones utilisaient des moyens d'expression occidentaux pour interpréter, justifier et revitaliser leurs traditions. Leur réputation leur a permis de documenter les luttes politiques des peuples autochtones.

Héritage artistique

Malgré le succès de ses œuvres, Jackson a eu du mal à se faire respecter en tant qu'artiste contemporain. Ces œuvres ont été exposées lors d'un événement important au Centre national des Arts, organisé pour célébrer le Centenaire du Canada; scandaleusement, Jackson s’y est vu refuser l'accès. Par contre, le Musée des beaux-arts de Winnipeg a organisé une exposition rétrospective de ses œuvres en  octobre 1993. En mai 2014, ses œuvres ont fait partie d'une exposition itinérante sur la P
NIAI organisée par la MacKenzie Art Gallery.

par-Jackson-Beardy
Une autre œuvre de Jackson Beardy


SURVOL DE L'HISTOIRE DES AMÉRINDIENS

PÉRIODE PALÉO-AUTOCHTHONE
D'il y a  11 500 ans à 6 000 ans

Avant de s'établir dans la région dégagée par la déglaciation et le retrait des eaux du lac Agassiz, les ancêtres des peuples autochtones ont d’abord emménagé sur une terre qui était, à l'époque, récemment sortie de glaciation. Chasseurs de gros gibiers, ils exploitaient une variété de ressources tant végétales qu’animales. Leur assortiment d'outils consistait en une variété d'outils de façonnage, comme des grattoirs et des couteaux, parfois faits de grosses pierres. lls ont été les premiers à utiliser l'herminette pour entailler le bois.

Pointe du Manitoba
Nom donné par Leo Pettipas en 1972 et 1980 à cette pointe distincte datant de la période paléolithique et qui est retrouvée en petit nombre dans plusieurs sites au Manitoba et dans les plaies du Nord. Elle remonte à environ 8 000 ans.

Periode-paleo-autochtone

Herminettes à trois faces
Ces herminettes lourdes servaient à couper des arbres, probablement par des entailles dans le bois carbonisé.


PÉRIODE DE DIVERSIFICATION INTENSIVE

D'il y a 8 000 ans à 2 000 ans av. n.e.

Une diversité de modèles culturels et des groupes distincts voient le jour à mesure que les populations augmentent. Une variété de nouveaux outils en pierre adoucie (haches, alènes, pilons, herminettes) et d'instruments de cuivre emmanchés témoignent de l'avancement technologique et du progrès dans la transformation des aliments. Les rebuts de cuivre portent à conclure que des outils étaient fabriqués localement en plus d'être échangés dans la région des Grands Lacs. Les alliances entre les groupes favorisaient le commerce sur une grande distance et l'importation d'articles.


LE CUIVRE - UNE TRADITION ANCIENNE
Dès 6 000 ans, peut-être mème en 7 000 ans, les artisans autochtones ont appris à travailler le cuivre pur et naturel exploité dans les filons parfois enfouis profondément dans la roche-mère de là région des Grands Lacs. Au cours des millénaires, ils ont extrait des milliers de tonnes, fabriqué une grande variété d'outils et échangé ces outils à profusion. Remarquez la minceur du matériel et le soin avec lequel il a été travaillé. Visitez la galerie des Prairies pour en voir d'autres illustrations.


PÉRIODE SYLVICOLE
D'il y a 2 000 ans à 300 ans

Les populations continuent d'augmenter et se divisent en groupes distincts. Les gens s’établissent en collectivités plus importantes. La fabrication de poterie favorise de nouvelles méthodes de cuisson et une expression décorative inédite Petit à petit, on remplace l'atlatl et le dard par l'arc et les flèches, profitant ainsi de stratégies de chasse innovatrices et plus efficaces. La culture accrue de riz sauvage crée un nouveau genre d'excédent alimentaire. Le commerce avec les grands centres du Sud apporte des produits nouveaux et exotiques.




LES TRAITÉS

Les traités au Manitoba.


chef-des-traites
calumets-des-traites
Calumets, sacs à calumet et médailles


En 1862, après les attaques militaires américaines, des centaines de Dakotas sont revenus au Manitoba, leur  territoire de chasse traditionnel du nord. À leur arrivée à Fort Garry, ils ont présenté des médailles comme celle-ci, qui leur avaient été remises par des officiers britanniques en reconnaissance de leur loyauté lors de la guerre de 1812. En raison de cette longue histoire militaire, cinq bandes ont obtenu des réserves au Manitoba, mais aucun traité n’a été négocié.
En 1871, cette petite médaille générique a été offerte aux chefs du Traité n° 1 à l’issue de sept jours de négociations du traité, Elle n’a pas été bien accueillie. Les chefs des Premières Nations ont jugé qu'il s'agissait d’un geste insuffisant, compte tenu de l'importance des traités.
En 1872, lors des négociations du Traité n°2, les fonctionnaires canadiens ont offert une nouvelle médaille, conçue à l'origine pour commémorer la Confédération. Ces médailles étaient moulées en cuivre et argentées. Comme le fini argenté s'est déteint presque immédiatement, ce cadeau, aux yeux des chefs, était un geste très superficiel.
En 1873, après que les chefs avaient rejeté la médaille argentée de 1872, le Canada a créé une médaille d’argent à 99 %, la célèbre médaille « poignée de main ». Sa pureté et son imagerie reflètent plus fidèlement les relations souhaitées entre la Couronne et les chefs des Premières Nations.

Médaille George III | Méza-wanapin
Début des années 1800 Prêt lan Laing
Médaille du Traité n°1 Zagaakwa‘on
1871 Prêt: lan Laing
Médaille du Traité n°2 | Zagaakwa‘on   1872
Prêt aimablement fourni par Parcs Canada, X.72 540.
Médaille du Traité n°1 | Zagaakwa'on 1873 nec 57-53
Calumet dakota | Channünpa
Fin des années 1800 114 4 138, H4 1.358
Calumet anishinaabe | Opwaagan
Fin des années 1800 HBC 264 A B
Calumet anishinaabe | Opwaagan
Fin des années 1800 HBc 76-2: H4-42-766
Calumet anishinaabe | Opwaagan Fin des années 1800 H4-4-104 À 8
Sac à calumet dakota | Channünpa ozhuha
Fin des années 1800 144 4 145
Sac à calumet anishinaabe | Opwaagani-mashkimod
Fin des années 1800 HBc 899-A
Sac à calumet anishinaabe | Opwaagani-mashkimod
Fin des années 1800 H4-11.86
Sac à calumet anishinaabe | Opwaagani-mashkimod
Fin des années 1800 HBc 899-8

En 1874, les Néhiyäwak ont négocié le Traité n° 4 à Fort Qu'Appelle. Ce calumet et ce sac appartenaient autrefois au chef Piapot (1816-1908), qui a résisté aux termes du traité de son vivant. En 1898, il a donné ce calumet et ce sac au ministre qui avait célébré le mariage de sa fille.
En 1875, les chefs anishinaabeg de Berens River et les chefs ininiwak et ithiniwak de Norway House ont négocié le Traité n°5. Chaque traité ajoutait de nouvelles promesses. Les négociateurs du Traité n°5 ont confirmé leur droit de chasse, de piégeage et de conserver leur mode de vie sur leurs terres ancestrales.
En 1901, le Canada a créé cette médaille de traité de bronze qui représente le roi Édouard VII. Elle a été remise aux chefs des Dénésulines, Ininiwak et Anishininiwag lors de la négociation du Traité n°10 et des adhésions au Traité n°5 dans le nord du Manitoba. Le Traité n°5 comprend maintenant plus de la moitié de la province du Manitoba.
Médaille du Traité n° 4 | Sakéskwahon
1874 Prêt: lan Lain
Médaille du Traité n°5 | Zagaakwa‘on
1875 Prêt: lan Laing
Médaille du Traité n° 10 | Sakäskwahon
1910 Prêt: lan Laing
Calumet néhiyäwak | Ospwdékan
Fin des années 1800 H4-42-19 A B
Calumet anishinaabe | Opwaagan
Fin des années 1800 H4-4-91 À 8
Calumet ininiwak | Ospwäkan
Fin des années 1800 Ha 1 602 À 8
Sac à calumet néhiyäwak | Ospwdkani-maskimot
Fin des années 1800 H4-42-82
Sac à calumet anishinaabe | Opwaagani-mashkimod
Fin des années 1800 H4-1-89
Sac à calumet ininiwak | Ospwak.:
Fin des années 1800 H4-2176



LES MÉTIS


Un-Metis-et-ses-deux-femmes-par-peter-Rindisbacher-ca.-1825-26
Un Métis et ses deux femmes - Archives nationales du Canada
La rencontre des univers européens et autochtones est évidente
dans cette aquarelle  représentant des Métis de la Rivière-Rouge,
du jeune peintre suisse Peter Rindisbacher 
vers 1825.

   MÉTIS DE LA RÉGION DES PARCS ET DES FORETS MIXTES

Les Métis de la région des parcs et des forêts mixtes remontent aux familles de commerçants de fourrures dans la région du fleuve Saint-Laurent et des Grands Lacs, les Prairies et le nord du Manitoba. Beaucoup descendent des Métis ayant vécu à la Rivière-Rouge entre 1815 et 1870. Certains font partie de collectivités où les Métis prédominent. D'autres vivent parmi les Eurocanadiens et ne s'identifient pas nécessairement aux Métis.

Half-Breeds-Travelling,-Plains-Metis,-c.-1849-56-par-Paul-Kane.
Paul Kane, Half Breeds Travelling, Plains Metis, c. 1849–56 Royal Ontario Museum

En juin 1846 l’artiste Paul Kane rapporte que plus de 200 chasseurs
et leurs familles quittèrent la plaine du Cheval Blanc avec 1 500 charrettes
 pour chasser le bison. Ils se divisent en trois groupes, puis se
retrouvent au mont Turtle pour faire le pemmican et traiter les peaux.
 


 GAGNER SA VIE, entre 1800 et 1870

Les hommes travaillent dans le commerce des fourrures comme voyageurs, transporteurs, trappeurs, chasseurs, pêcheurs, interprètes et hommes de métier. Certains sont commis ou dirigent les postes de traite de la Compagnie de la Baie d'Hudson, d'autres sont marchands prospères.Les femmes fabriquent le pemmican, des robes de bison, des selles et des vêtements pour le commerce. De nombreuses familles subsistent par la chasse, la pêche, la trappe, la ferme familiale et des emplois saisonniers.


EN MARGE DE LA SOCIÉTÉ CANADIENNE, entre 1870 et 1960

Suite au déclin du commerce des fourrures et à l'arrivée d'immigrants européens sur leurs terres, de nombreux Métis quittent la Rivière- Rouge après les événements de 1869-1870 pour s'installer dans la région des parcs et des forêts mixtes. La chasse, la trappe, la cueillette et la ferme familiale leur permettent de survivre. Ils occupent des emplois saisonniers (pêche commerciale, construction, travaux forestiers, battages et guidage). Quelques collectivités plus importantes au sud fondent de petites entreprises.

La famille Breland, accompagnée du chercheur Darrell Racine (arrière, premier à gauche), de Lorraine Freeman, du Centre de ressources métis, et de Katherine Pettipas, du Musée du Manitoba (arrière, quatrième et cinquième de la gauche), fournit des renseignements de valeur historique sur un tapis tissé à la main par Marie Breland Grant.
Musée de Saint Boniface

RENAISSANCE D'UN PEUPLE, entre 1950 et 2000

Des organismes sont fondés pour contrer la pauvreté économique et sociale, régler les litiges quant à la propriété des terres, favoriser l'autodétermination, et préserver le patrimoine. Le Centre d'accueil indien et métis ouvre ses portes en 1958, à Winnipeg, et la Manitoba Metis Federation en 1967. D'autres centres sont fondés ailleurs. Avec les droits des Autochtones enchâssés dans la constitution en 1982, les Métis sont reconnus comme l'un des peuples autochtones du Canada
.



L'ALIÉNATION DES PREMIÈRES NATIONS

RUPTURE DES LIENS

«L'instruction des Indiens ne doit pas seulement viser la formation de l'esprit; elle doit faire disparaître les habitudes et les sentiments de leurs ancêtres et permettre l'acquisition de la langue, des arts et des coutumes du monde civilisé. »
Egerton Ryerson Young, ministre méthodiste et
Surintendant de l'enseignement dans l'Ouest canadien, 1846.
À la fin des années 1860, les Autochtones se montrèrent de plus en plus inquiets quant à leur avenir en raison des plans économiques du Canada pour l'Ouest. Conscients du fait que de nouvelles aptitudes seraient nécessaires à la survie  des leurs enfants, les leaders autochtones firent en sorte que les traités renferment des dispositions touchant l'instruction.

Le gouvernement canadien prit le contrôle de l'enseignement des Autochtones, en partenariat avec  les églises chrétiennes. Les programmes d'études visaient à promouvoir l'assimilation culturelle et l'indépendance économique. Un grand nombre d'enfants étaient envoyés à des pensionnats et des écoles industrielles hors des réserves, le but étant de les éloigner le plus possible des influences culturelles traditionnelles.

Les témoignages d'anciens élèves de ces pensionnats varient. Toutefois, même ceux qui estiment avoir tiré profit des nouvelles compétences acquises condamnent le préjudice personnel et culturel qui leur a été infligé par un système qui ne les préparait pas bien à la vie dans la société canadienne.


LA BIBLE ET LA CHARRUE

« Les enseignements de nos anciens peuvent se perdre en raison du rythme auquel notre société évolue. Face à ce défi, nous devons emprunter un chemin marqué par la spiritualité, et ce, qui que nous soyons ou quoi que nous fassions. »
Arlene Dieter, ancienne étudiante du
centre de recherche et séminaire autochtone
Dr. Jessie Saulteaux, à Beauséjour, en 1991.
Dès le début du XIX° siècle, les missionnaires européens s'étaient installés dans notre région pour veiller aux besoins spirituels des commerçants de fourrure, des colons et des Autochtones. Toutefois, l'influence des missionnaires ne se fit pas pleinement sentir jusqu'à l'établissement des collectivités autochtones dans les réserves.

Le message chrétien et la promotion de la culture européenne étaient étroitement liés. Les convertis devaient abandonner leurs croyances et leur mode de vie indigènes. On les encourageait à s'établir en permanence dans des collectivités agricoles et à envoyer leurs enfants à l'école.

Des Autochtones adoptèrent le christianisme et, vers le milieu du XIX° siècle, certains furent formés comme enseignants ou ministres du culte laïques. D'autres allièrent le christianisme aux croyances traditionnelles. De nos jours, un grand nombre d’Autochtones se tournent de nouveau vers leurs enseignements traditionnels et certaines congrégations chrétiennes autochtones ont incorporé des formes de culte traditionnelles aux offices.



Déclaration de réconciliation,
Gouvernement du Canada, 1998.


« Malheureusement, notre histoire en ce qui concerne le traitement des peuples autochtones est bien loin de nous inspirer de la fierté. Des attitudes empreintes de sentiments de supériorité raciale et culturelle ont mené à une répression de la culture et des valeurs autochtones. En tant que pays, nous sommes hantés par nos actions passées qui ont mené à l'affaiblissement de l'identité des peuples autochtones, à la disparition de leurs langues et de leurs cultures et à l'interdiction de leurs pratiques spirituelles. Nous devons reconnaître les conséquences de ces actes sur les nations qui ont été fragmentées, perturbées, limitées ou même anéanties par la dépossession de leurs territoires traditionnels, par la relocalisation des peuples autochtones et par certaines dispositions de la Loi sur les Indiens.

Avec ce passé comme toile de fond, on ne peut que rendre hommage à la force et à l'endurance remarquables des peuples autochtones qui ont préservé leur diversité et leur identité historique. Le gouvernement du Canada adresse aujourd'hui officiellement ses plus profonds regrets à tous les peuples autochtones du Canada à propos des gestes passés du gouvernement fédéral, qui ont contribué aux difficiles passages de l'histoire de nos relations. »



Winnipeg-en-attendant-Mathieu-devant-son-gym
Winnipeg : en attendant Mathieu devant son gym
En sortant de ce très riche musée nous quittons le centre ville où la circulation est à son heure de pointe pour gagner en périphérie un autre Planet Fitness (centre de gym). Il est temps pour Mathieu d'y faire son entraînement quotidien.

En l'attendant sur le parking  je déjeune - enfin ! - puis me mets à la rédaction du carnet de bord après avoir transféré les nombreuses photos de la journée. Pris par ces tâches, j'oublie sur le feu la casserole de riz que j'ai cru bon de faire cuire  d'avance… ce qui me vaudra une bonne séance de décrassage !
Enfin passé 18:00 nous reprenons la route en direction du village d'Austin où j'aimerais bien revoir le Musée de l'agriculture du Manitoba avec ses énormes machines agricoles, dont les tracteurs à vapeur m'avaient fort impressionné lors de ma première traversée du Canada en 2004. Près de 150 km faciles sur la Transcanadienne qui prolonge les grandes avenues du centre ville de Winnipeg. Mais notre train relativement lent, puisque nous avons décidé de ne pas dépasser les 90 km/h, en allonge d'autant la durée, et nous aurons le temps d'admirer un beau coucher de soleil qui rosit ciel et nuages avant d'arriver à la nuit dans le minuscule village. Coucher-de-soleil-sur-la-Transcanadienne
Coucher de soleil sur la Transcanadienne

Pas possible de dormir sur le site même du musée clôturé en prévision des événements annuels (défilé de tracteurs entre autres) qui commencerons dans 2 jours. Nous nous rabattons sur les quelques rues du village que je découvre dans la nuit à la suite de Mathieu fatigué. Il finit par dégotter le parking du centre communautaire où nous nous arrêtons enfin. Souper vite préparés (le riz partiellement récupéré est mangeable avec du saumon malgré - ou à cause de - son goût fumé assez prononcé…). Courte discussion sur le sort des Amérindiens abondamment présenté au Musée, nous nous quittons peu avant minuit pour retrouver avec délice nos couchettes.